Fréquentation en hausse, séjours plus courts et réservations tardives : les stations de ski tirent un premier bilan de la saison d'hiver

Alors que la saison hivernale touche à sa fin, les domaines skiables ont dressé un premier bilan, ce jeudi 18 avril, de leur saison. Malgré un enneigement contrasté, les taux de fréquentation ont été en légère hausse par rapport à l'année dernière.

La saison d'hiver s'achève. Les stations de ski ferment petit à petit leurs remontées mécaniques pour laisser place, bientôt, à la saison estivale. L'heure est donc venue pour l'Observatoire national des stations de montagne de dresser un bilan sur la saison de ski 2023/2024.

Entre décembre et fin avril, les domaines skiables sur l'ensemble des massifs ont enregistré un taux d'occupation moyen de 57,8 %. Soit une légère hausse par rapport à l'année précédente. "Après une bonne résistance de la montagne durant la saison 2022-2023, celle-ci confirme une nouvelle fois son attractivité avec un taux de fréquentation en progression de +2 % pour la saison hivernale 2023-2024", se félicite Jean-Luc Boch, président de l'Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM). Mais ce sont naturellement les périodes de vacances scolaires qui ont affiché des taux d'occupation supérieurs à 80 %.

"Ces bons résultats s’expliquent en partie par un calendrier de vacances scolaires plus favorable. Cette moyenne nationale doit être nuancée selon les massifs et l’altitude, la situation ayant été moins favorable sur certains territoires, indique le document de l'ANMSM. Certains massifs (Alpes du Nord, Alpes du Sud, Pyrénées) enregistrent une progression de la fréquentation. Si la fréquentation pour les stations d’altitude, notamment pour la pratique du ski, ne se dément pas, les Alpes du Nord tirent leur épingle du jeu avec un pic de fréquentation de 87 % pendant les vacances d’hiver 2024."

Fréquentation en baisse pour les vacances de printemps ?

La saison hivernale a toutefois été marquée par d'importantes vagues de chaleur et un déficit de neige à moyenne et basse altitude. Conséquences : les activités hors ski ont largement augmenté cette saison, tout comme les courts séjours (+24 %) : "Au regard d’un enneigement plus aléatoire, les réservations de dernière minute sont estimées à la hausse par 45 % des répondants par rapport à l’an passé", indique le bilan.

Certaines stations de ski, notamment les plus hautes comme Tignes, Val d'Isère ou Val Thorens, sont encore ouvertes jusqu'à la fin des vacances de Pâques. Une période qui, cette année, attire moins que d'habitude : "Les perspectives pour les vacances de printemps affichent pour l’heure un léger retard des taux de réservations par rapport à la saison dernière (23 % en 2024 contre 25 % en 2023) pour les clientèles domestiques et internationales."