Monument historique : Le chalet Lang de Courchevel en cours de démontage

Avec les temples d'Abou Simbel, le chalet Lang de Courchevel serait l'un des rares monuments historiques au monde à être démonté. La seule solution pour sauver ce "chalet sur pattes" des années 50, récemment classé pour lui éviter des gravats.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce mercredi 31 juillet, le chalet Lang a perdu la tête. Le toit a été enlevé. Sans conteste, l'opération la plus spectaculaire de ce démontage démarré en juin. Les sept panneaux qui composaient la toiture ont été découpés avant d'être placés dans un camion et de prendre la direction de Tournon, près d'Albertville. Là-bas, dans un local tempéré, toutes les pièces du chalet sont entreposées. Les ouvriers au chevet du monument sont des spécialistes, des compagnons employés par une société de Sainte-Hélène-sur-Isère qui ne travaille que sur les restaurations et rénovations de monuments historiques. Pour eux aussi, la tâche est inédite. 



Après le toit, il faudra démonter les piliers métalliques qui tenaient la structure. Puis, plus étonnant, la chape de béton et enfin les "pattes" du chalet. Tout sera fini le 15 août. Démonter est une chose mais remonter en sera une autre, tout aussi compliquée. Il faudra retrouver la même pente pour que le chalet se "pose" tranquillement dans le paysage. La chose n'est d'ailleurs pas tranchée. La mairie de Courchevel a bien proposé un terrain, sur une butte à proximité de l'Altiport, mais les défenseurs du chalet trouvent le lieu loin de tout et inapproprié si l'on veut en faire un musée sur l'architecture de montagne.



Alors, le chalet Lang, du nom de son ancien propriétaire, un industriel des Vosges, va rester quelques temps en mille pièces. Le stockage, comme le démontage, sera à la charge du nouveau propriétaire du terrain, un promoteur qui entend ériger une résidence hôtelière de 2000m2.