Plus de 6 heures d'attente au tunnel du Fréjus : "scandaleux", "ubuesque", les automobilistes excédés par des bouchons "inédits"

En ce long week-end de l'Ascension, le tunnel du Fréjus qui relie la France à l'Italie connait une affluence record. Depuis ce mercredi 8 mai à la mi-journée, des milliers d'automobilistes sont bloqués dans des embouteillages monstres en Savoie sur l'autoroute A43 qui permet d'accéder au tunnel côté français.

Très mauvaise surprise pour les automobilistes qui souhaitaient se rendre en Italie pour ce long week-end de l'Ascension. L'autoroute A43 se trouve dans une situation de blocage "d'une ampleur inédite" au niveau du tunnel du Fréjus (Savoie), selon la société française du tunnel routier du Fréjus (SFTRF), mercredi 8 mai.

"La circulation est saturée sur le secteur de Saint-Julien-Mont-Denis, explique Nicolas Miché, directeur d'astreinte à la SFTRF. Il y a deux zones de blocage : une première au niveau de la rampe d'accès au tunnel du Fréjus, avec des bouchons sur 4 à 5 kilomètres. Et une deuxième en amont du péage à la barrière de Saint-Michel-de-Maurienne, avec des bouchons sur 7 kilomètres. Il faut tabler sur encore au moins cinq heures de bouchons. Et la situation ne va pas s'arranger avant la fin de l'après-midi."

"On n'a jamais vu ça"

Pour "éviter à tout prix que des voitures restent bloquées dans le tunnel", l'exploitant du tunnel doit organiser le passage des voitures au compte-gouttes au niveau de la barrière de péage de Saint-Michel et fermer l'accès quand le nombre maximal de véhicules est atteint. "On n'a pas de marge de manoeuvre. Nous devons respecter les distances de sécurité dans le tunnel", assure Nicolas Miché.

On n'a jamais vu ça. Le pont de l'Ascension est traditionnellement très chargé mais jamais à ce point. D'habitude, il nous arrive de devoir réguler le trafic mais jamais pendant plusieurs heures comme aujourd'hui.

Nicolas Miché, directeur d'astreinte de la Société française du tunnel routier du Fréjus

C'est cette régulation du trafic qui est à l'origine des embouteillages monstres, comme le décrit à France 3 Alpes, Elodie, une automobiliste partie à 9 heures de La Tronche près de Grenoble, pour se rendre aux Cinque-Terres en Italie : “Nous nous sommes retrouvés bloqués vers 10 heures, un peu avant le péage de Saint-Michel-de-Maurienne. Pendant 3h30 on a avancé par à-coups : toutes les trente minutes environ la barrière de péage se levait pendant 2-3 minutes pour laisser passer quelques voitures puis se refermait.”

Après avoir passé le péage, la circulation est plus fluide pendant une vingtaine de minutes avant d’être à nouveau stoppée au niveau de la rampe d'accès au tunnel : “Nous avons mis deux heures pour parcourir les 3-4 derniers kilomètres avant le tunnel du Fréjus. En tout, il nous a fallu sept heures pour passer ce tunnel”, explique Elodie.

La colère des automobilistes

Dans les bouchons, certains automobilistes prennent leur mal en patience, à l'image de Romain, parti de Meylan en périphérie de Grenoble à 11h30. Il s'est retrouvé bloqué au péage aux alentours de 13 heures. “Tout autour de nous, il y a des enfants qui font du roller, des enfants qui font du coloriage. Les gens en ont marre.” A 16h30, il n'avait pas encore rejoint le tunnel du Fréjus.

Excédés par l'attente prolongée pour accéder au tunnel, nombre d'automobilistes manifestent leur colère sur X (anciennement Twitter). "Nous avons des enfants en bas âge en voiture ! Scandaleux que Bison futé n’ait rien annoncé hier concernant le trafic du tunnel ! On est encore à 1000m du péage depuis 10h00", s'est énervé l'un d'entre eux à 14h30. 

Joint par téléphone peu après 17h30, un automobiliste a du mal à retenir sa colère : "C’est une situation ubuesque. On est partis à 8 heures de Grenoble, on y est toujours !" Ce père de famille et ses enfants devaient se rendre à Gênes (Italie) pour y passer quelques jours de vacances : “On a déjà une journée de complètement perdue, une activité nautique qui ne sera pas remboursée, lâche-t-il écoeuré.

17€ pour un péage ouvert au compte-gouttes ! Et encore un tunnel à 50€ après 6h d’attente ! C’est censé être plus rapide et plus économique ! Scandaleux !

Un automobiliste

"Vous parlez de 6h d’attente à 14h40, j’ai fait 600 mètres en 2 h et je suis à 8 km de la barrière de Saint Michel de Maurienne. Je ne vois pas comment ça peut se débloquer!", a ajouté un utilisateur de l'A43.

"Et l'intervenant qui ose dire que le péage ouvre / ferme toutes les 15 minutes, alors qu'il ouvre 2min et ferme ensuite entre 30 et 45 minutes. Malhonnête", a déploré un autre.

"Ce sera certainement encore pire dimanche"

A 19 heures ce mercredi, le bouchon au péage de Saint-Michel-de-Maurienne commençait à se résorber, avec environ 4 kilomètres d'embouteillages. La SFTRF compte sur une diminution du trafic dans les prochaines heures, ce qui permettrait de rendre la circulation plus fluide : "Depuis la fin d'après-midi, on voit une réduction du trafic sur l'autoroute A43 mais en raison de la régulation obligatoire, les embouteillages vont encore durer plusieurs heures", prévient Nicolas Miché qui espère un retour à la normale "au mieux à partir de 21 heures ou 22 heures" ce mercredi soir.

Mais l'exploitant du tunnel du Fréjus craint de nouveaux embouteillages très importants à la fin de ce week-end de l'Ascension, dans l'autre sens, côté italien : "Ce sera certainement encore pire dimanche. On s'attend à une journée noire dans le sens des retours d'Italie. On conseille aux automobilistes de décaler leur retour au samedi 11 ou au lundi 13 s'ils le peuvent, ou d'emprunter un des deux itinéraires alternatifs, par le tunnel du Mont-Blanc ou Vintimille."   

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité