Savoie : un proche d'Hervé Gaymard épinglé par la chambre des comptes

Le maire de Moûtiers Fabrice Pannekoucke, ancien directeur de cabinet d'Hervé Gaymard, est pointé du doigt dans un rapport de la chambre des comptes qui met en doute la réalité de l'une de ses fonctions, occupée entre 2015 et 2016.

Un proche de l'ancien ministre Hervé Gaymard a été épinglé par la chambre des comptes.
Un proche de l'ancien ministre Hervé Gaymard a été épinglé par la chambre des comptes. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Un proche du président du conseil départemental de la Savoie, Hervé Gaymard, a fait les frais du dernier rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) Auvergne-Rhône-Alpes. Le document, consulté par l'AFP, concerne la gestion du département entre 2012 et 2017 et sera présenté vendredi 20 décembre par l'exécutif départemental aux élus.

Il y est évoqué le cas de Fabrice Pannekoucke, ancien assistant parlementaire d'Hervé Gaymard, de 2007 à 2010, devenu son directeur de cabinet en 2011-2013, qui a également travaillé comme chargé de mission au sein du conseil départemental jusqu'en 2015-2016.

Sur cette dernière période, la CRC met en doute la réalité du travail du collaborateur, qui était par ailleurs maire (LR) des communes savoyardes de Saint-Jean-de-Belleville entre 2001 et 2014, puis de Moûtiers. Président de la communauté de communes Coeur de Tarentaise depuis 2010, il est aussi conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes depuis décembre 2015, délégué aux vallées de montagne.

"Ni la collectivité ni l'intéressé n'ont été en mesure d'attester l'effectivité des travaux réalisés par M. P. au cours de la période pendant laquelle il a occupé un emploi de chargé de mission", affirme la Chambre, pas convaincue par les explications fournies à la suite de ses premières observations. Elle souligne dans le même temps que Fabrice Pannekoucke bénéficiait alors d'une rémunération "parmi les plus élevées de la collectivité".

 

Un oubli d'Hervé Gaymard


Autre écueil, les magistrats relèvent que le président du conseil départemental avait omis de signaler, dans sa déclaration d'intérêts auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), l'entrée de son épouse, Clara Gaymard, au conseil d'administration du groupe Bouygues en avril 2016.

Or, trois mois plus tard, le conseil départemental de Savoie attribuait à une filiale de Bouygues, Axione, sa délégation de service public pour le "très haut débit". Dans sa réponse à la Chambre, la collectivité affirme que la situation de Clara Gaymard "n'a nullement interféré avec l'attribution de la DSP à la société Axione", seule en lice depuis plusieurs mois. Hervé Gaymard a toutefois pris soin de modifier sa déclaration auprès de la HATVP le 29 avril dernier, à la suite des premières observations de la CRC.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique économie justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter