• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Sur la piste des Arcs, Eric Barone n'a pas battu son propre record du monde de vitesse

8h12 ce 15 avril, au départ de la plus longue piste du monde
8h12 ce 15 avril, au départ de la plus longue piste du monde

Celui qu'on surnomme le "Baron Rouge" a déjà annoncé qu'il retenterait l'exploit. A 8h12 précises, ce mardi 16 avril, le champion de VTT s'est lancé avec son vélo du haut de la piste du kilomètre lancé des Arcs. 217,26km/h à l'arrivée...moins que son précédent record en 2000 de 222,223km/h.

Par Isabelle Guyader

"Ce n’est pas tant le record qui est important à mes yeux, mais le mouvement qu’il donne à ma vie: il crée du sens. Envisager le record, le préparer, le mentaliser, sont autant d’éléments qui collent à ma personnalité. J’aime rêver d’inaccessible pour ensuite confronter mon rêve à la réalité et le rendre accessible", écrit le champion en préface de son site internet. " Je suis un passionné. Mon moteur de vie passe par le challenge et le dépassement", voilà tout le secret du personnage.

Passionné et patient, le "Baron Rouge", a dû attendre 12 jours les conditions météo idéales avant de pouvoir s'élancer du haut de la piste enneigée du kilomètre lancé des Arcs, inaugurée pour les JO d'Albertville en 1992. Après un premier run dimanche, il s'est employé, sur un vélo de série et des pneus en kevlar, à battre son propre record de vitesse, 222,223km/h obtenu en 2000 sur la même piste. Cette fois ne sera pas encore la bonne, 217,26km/h. Eric Barone l'a juré, il reviendra, et tenterait bien l'expérience... de nuit cette fois.

Eric Barone rate son record
Intervenant : Eric Barone, Recordman de descente en VTT

En avril 2012, Il avait déjà tenté de battre son record. Au premier run, sur une neige trop molle, il avait frôlé la chute après un slalom à plus de 158km/h. Après deux tentatives, il avait réalisé le lendemain un temps de 201,6km/h.

Retour sur les préparatifs


13 ans après son record de 2000, à près de 53 ans, le vététiste de l'extrême a donc remis ça. "Il faut travailler le mental, c'est philosophique, passé la cinquantaine, avec deux enfants, une femme, une famille, cette tentative de record est un besoin personnel" mais "quand on prend de l'âge, il faut compenser la perte de puissance". Fini le temps où le Bonhomme n'avait qu'un seul mécano, autour de lui désormais, de nombreux techniciens peaufinent les détails. Celui que son équipe qualifie "d'homme de bois, de super-héros" a longuement préparé sa tentative d'aujourd'hui à l'Institut AéroTechnique de Saint-Cyr-l'Ecole.

Eric Barone



Sur le même sujet

ASM Clermont-Auvergne-Lyon. Azéma : « Ca va être costaud ! »

Les + Lus