Val Thorens : ils fabriquent une solution hydroalcoolique qui sent bon le génépi

La station de Val Thorens, en Savoie, propose aux visiteurs de se laver les mains avec une solution hydroalcoolique qui sent bon le génépi. Si le concept a attiré l'attention, le produit n'a pas vocation à être commercialisé.

Des employés de l'office de tourisme de Val Thorens (Savoie) ont imaginé une solution hydroalcoolique sentant le génépi.
Des employés de l'office de tourisme de Val Thorens (Savoie) ont imaginé une solution hydroalcoolique sentant le génépi. © Val Thorens / Facebook

C'est une solution hydroalcoolique qui sent bon la montagne. Les fioles ont été imaginées par des employés de l'office de tourisme de Val Thorens (Savoie) pendant le confinement. A l'intérieur du flacon translucide, un brin de génépi. Et surtout, une bonne odeur qui reste sur les mains.

"Quand ils posent les yeux sur la fiole, les gens sont intrigués", remarque Thibaut Loubère, responsable marketing de l'office de tourisme. Avec cette touche savoyarde, il espère inciter les gens à respecter les gestes barrières lorsqu'ils rentrent dans un lieu public. "Ca peut arriver que, par un sourire, les gens décident de se laver les mains."

 

Pas de commercialisation

Avant d'arriver au produit final, il a fallu expérimenter, imaginer plusieurs recettes. Et surtout vérifier que l'efficacité de la solution hydroalcoolique n'était pas altérée. C'est finalement avec un brin d'armoise cueilli sur les hauteurs du Lac Blanc et quelques gouttes d'huile essentielle que le produit a pu voir le jour. Il a été testé par le pharmacien de la station, qui l'a validé.

Depuis mi-décembre, l'office de tourisme de Val Thorens met cette solution à la disposition des clients. Une soixantaine de grands flacons et 450 petits ont vu le jour. Lorsque la station des Belleville a partagé sa découverte sur sa page Facebook, les adeptes du génépi ont été nombreux à se manifester... "Beaucoup de personnes voulaient l'acheter, mais c'est de la communication. Les flacons ne seront pas commercialisés", prévient Thibaut Loubère. Seule solution, reproduire la recette à la maison.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stations de ski économie tourisme coronavirus/covid-19 santé société