VIDEO. Coronavirus : confinés, les musiciens de l'Orchestre national de France interprètent le Boléro de Ravel

Les musiciens de l'Orchestre national de France jouent le Boléro de Ravel dans une vidéo devenue virale. Derrière cette prouesse technique, un opérateur vidéo savoyard raconte sa démarche.

Les 51 musiciens de l'Orchestre national de France ont interprété le Boléro de Ravel depuis chez eux.
Les 51 musiciens de l'Orchestre national de France ont interprété le Boléro de Ravel depuis chez eux. © Capture d'écran YouTube
La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux, cumulant déjà plus de 2 millions de vues. Épidémie de coronavirus oblige, les 51 musiciens de l'Orchestre national de France ont joué le Boléro de Ravel tout en étant confinés chez eux. Chacun séparément et pourtant tous en choeur. Une prouesse musicale et technique qui a pu prendre vie notamment grâce à un Savoyard. Le résultat est "un petit miracle", selon les mots de Michel Orier, directeur de la musique et de la création de Radio France.

Tel un chef d'orchestre virtuel, Dimitri Scapolan a assuré le montage de cette séquence. L'ancien violoniste a fait ses classes à l'école de musique d'Aix-les-Bains (Savoie) et au conservatoire de Chambéry avant de devenir opérateur vidéo. Il a relevé ce défi en 45 heures de travail, mixant pas moins d'une cinquantaine de pistes. "On commence avec trois instruments : caisse claire, alto et violoncelle", retrace-t-il.

 

"Renouer" avec le public


"Je me suis dit : « Je vais le faire très ludique, je vas découper partition en 15 sections et je vais créer des mosaïques qui vont montrer les solistes en fonction de leur entrée dans la partition. »", explique Dimitri Scapolan. La reprise du Boléro de Maurice Ravel est à visionner dans cette vidéo de France Musique.
 
Le Boléro de Ravel par l'Orchestre national de France en #confinement #ensembleàlamaison

L'idée était de "renouer" avec le public grâce à un concert virtuel, poursuit Michel Orier. Pour jouer, les musiciens se sont aidés de smartphones et d'oreillettes. Seul un métronome et une bande son leur donnaient le rythme. "L'écoute, c'est un petit peu notre métier, estime David Rivière, violoniste à l'Orchestre national de France. Quand on est dans un orchestre, il faut savoir écouter ce qui se passe autour. Et la différence, c'était l'oreillette, donc exercice qu'on a déjà connu mais pas seul à la maison sans chef, et sans technicien autour."

Jessica Bessac, clarinettiste, de compléter : "Cette vidéo, ça a été l'occasion de retrouver ce qui fait mon quotidien de musicienne d'orchestre, c'est-à-dire le bain sonore dans lequel on est plongés, le son de mon orchestre, le son de mes collègues, partager un moment de collectif." Un message d'union et une note positive pour garder un lien avec son public.
 
Confinés, les musiciens de l'Orchestre national de France interprètent le Boléro de Ravel

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : envie d'évasion santé société musique culture