Ski. Rossignol ouvre son capital à un investisseur américain très présent...en Chine

Le site Rossignol à Saint-Jean-de-Moirans en Isère. / © PHOTOPQR
Le site Rossignol à Saint-Jean-de-Moirans en Isère. / © PHOTOPQR

Le spécialiste du ski Rossignol a annoncé lundi 5 juin l'arrivée à son capital du fonds IDG Capital, très présent en Chine, et qui doit l'aider à se développer sur ce marché en plein essor.

Par Isabelle Guyader

IDG Capital va prendre environ 20% de Rossignol, à la faveur d'une augmentation de capital, selon un communiqué qui ne précise pas la valorisation de l'entreprise retenue à l'occasion de cette opération.

Le fonds norvégien Altor, qui contrôle la société depuis 2014, reste l'actionnaire majoritaire.

"C'est parti d'un constat: nous avions absolument besoin d'un partenaire local capable de nous aider" sur un marché que Rossignol voit dépasser les 2 milliards d'euros, rien que pour les équipements de ski, à l'horizon 2025, relève le président de la société Bruno Cercley.

Pas une opération financière à proprement parler, mais une opération commerciale"


"Ce n'est pas une opération financière à proprement parler car si on avait eu besoin seulement d'injecter de l'argent pour financer notre développement, les actionnaires actuels l'auraient fait avec plaisir", ajoute M. Cercley.

Depuis sa création en 1992, IDG a beaucoup investi dans nombre de sociétés chinoises (comme Tencent, Baidu ou Xiaomi), mais aussi dans des entreprises occidentales aux ambitions chinoises, comme les doudounes Moncler. Il y a deux ans, IDG est ainsi devenu actionnaire, à hauteur de 20%, de l'Olympique lyonnais qui souhaitait développer sa marque en Chine et y créer des écoles de football.

Même si Rossignol estime être "probablement la marque numéro un en Chine en ski," son activité commerciale y reste "relativement faible" actuellement - de l'ordre de "quelques millions d'euros".

Mais pour M. Cercley, avec l'aide d'IDG, le groupe peut viser des ventes dans ce pays d'une centaine de millions d'euros.

"La priorité pour nous va vraiment être la Chine", où la pratique du ski, restée longtemps marginale, progresse de 20% par an. Elle devrait encore croître avec la tenue des Jeux olympiques d'hiver à Pékin en 2022.

L'an dernier, Rossignol a enregistré pour 345 millions d'euros de ventes, réalisée à 70% dans le ski, 15% dans le textile et 15% dans le vélo. Les trois-quarts de ses ventes sont réalisées à l'exportation.

L'entreprise, qui mène depuis quelques années une politique d'acquisitions pour réduire sa dépendance aux sports d'hiver, estime que son activité vélo va encore grandir "car c'est une pratique en plein développement".

"Mais nous pensons que l'activité qui va monter plus que toutes les autres, c'est le textile qui se développe très rapidement", grâce à la mode des vêtements de ville aux racines sportives.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus