Sotchi 2014 - Martin Fourcade: les 3 raisons d'un succès

Martin Fourcade remporte son second titre olympique sur le 20km / © AFP
Martin Fourcade remporte son second titre olympique sur le 20km / © AFP

Martin Fourcade, désormais double champion olympique de biathlon, fait partie de ces athlètes d'exception, dont les prédisposition physiques et la force mentale sont sublimées par un grand professionnalisme et la passion du sport.

Par France 3 Alpes avec AFP

1- Des qualités physiques exceptionnelles
"Une mutation sur le gène HFE améliore depuis ma naissance l'exploitation du fer par mon organisme. Déroger aux normes physiologiques, c'est aussi à cela que l'on reconnaît les grands sportifs", expliquait Martin Fourcade en 2013 devant le Sénat français, curieux de comprendre comment un athlète pouvait autant dominer son sport sans se doper. Le cadet des frères Fourcade est un phénomène physique, complété par des entraînements de pré-saison qui s'inspirent des méthodes pratiquées dans l'aviron. "Sa vitesse à ski lui permet d'avoir un droit à l'erreur au tir", note Siegfried Mazet, l'entraîneur du tir. C'est pourquoi le 20km lui va particulièrement bien.

2- Une grande confiance en soi
Martin Fourcade n'est pas de ces sportifs qui s'isolent du monde pour mieux contrôler le leur. Il appartient au même moule de champion qui a par exemple fabriqué Renaud Lavillenie, le perchiste, où confiance en soi n'est pas synonyme d'arrogance. "Ce qui fait sa force, c'est sa détermination", témoigne Siegfried Mazet. "Il est arrivé avec de grosses ambitions ici, il disait qu'il voulait être champion olympique. Il a assemblé le puzzle avant pour qu'il soit comme il faut dans ces jeux Olympiques."

3- Un grand professionnel
Fourcade est désormais un grand bosseur, qui a élevé son niveau d'exigence en même temps que son niveau sportif depuis son arrivée sur le circuit professionnel. "Cela va être plus dur de l'entraîner. Depuis quatre ans, et son premier podium à Vancouver, il a fallu se mettre au niveau de ses exigences. Il nous a poussés un peu dans nos retranchements. Il veut avoir un maximum d'informations pour qu'il parte serein pour le tir, quel scénario il aura et comment il doit réagir", explique Mazet.

Sur le même sujet

Les + Lus