Le Suisse Beat Feuz remporte la descente de Saint-Moritz

© AFP
© AFP

Le Suisse Beat Feuz a fait rugir de plaisir ses compatriotes massés aux abords de la piste en remportant la descente des Championnats du monde de Saint-Moritz dimanche devant le Canadien Erik Guay, titré en super G, et l'Autrichien Max Franz.

Par avec AFP

Au lendemain de son 30e anniversaire, Feuz remporte donc son premier titre mondial après avoir décroché le bronze mondial il y a deux ans à Beaver Creek (Colorado). Il succède donc à son compatriote Patrick Küng. Guay, médaillé d'argent, monte une deuxième fois sur le podium en quatre jours après sa victoire dans le super G mercredi.

le résumé de cette journée de descentes avec Daniel Despin et Didier Albrand
St Moritz Descente
Intervenants : Daniel Despin, Guillermo Fayed, Equipe de France ski alpin ; Adrien Théaux, Equipe de France ski alpin ; Johan Clarey, Equipe de France ski alpin ; Brice Roger, Equipe de France ski alpin ; Romane Miradoli, Equipe de France ski alpin ; Tiffany Gauthier, Equipe de France ski alpin - France 3 Alpes - Daniel Despin, Didier Albrand et Mélanie Ducret

Feuz permet également à la Suisse d'empocher un second titre dans ses Mondiaux après celui de Wendy Holdener en combiné vendredi.
Max Franz, 3e, vainqueur de la descente de Val Gardena cette saison, obtient lui le podium le plus prestigieux de sa carrière à 27 ans.
En revanche, déception pour le Norvégien Kjetil Jansrud, 4e à égalité avec Küng, qui échoue encore une fois à décrocher un titre mondial à 31 ans alors qu'il partait favori de la course. Il avait terminé 2e du super G mercredi.

"C'est incroyable. Nous sommes en Suisse, aux Mondiaux et je gagne", exultait Feuz, qui avait "un bon pressentiment dimanche matin".
Le Bernois, prophète en son pays et qui s'était imposé ici-même en descente et en Super-G la saison dernière lors des finales de la Coupe du monde, succède à son compatriote Patrick Küng, tout près de réussir le doublé, mais qui, à 2/100e du podium, termine ex-eaquo à la 4e place avec le Norvégien Kjetil Jansrud, toujours à la recherche d'un titre planétaire.
"C'est mon plus beau cadeau, je ne pouvais pas rêver mieux", a réagi Feuz, en remerciant la foule dans laquelle avait pris place la légende du tennis helvétique Roger Federer.

Le Québécois Erik Guay, médaillé d'argent, monte une deuxième fois sur le podium en quatre jours. "C'est absolument fantastique, a-t-il réagi. De (ma chute) à Garmisch à ma victoire dans le Super-G, à l'annulation hier...".

L'Autrichien Max Franz, 27 ans, n'avait quant à lui jusque là signé que quatre podiums de Coupe du monde, dont une victoire cette année dans la descente de Val Gardena.

Depuis son arrivée à Saint-Moritz, sur une piste qu'il affectionne, Feuz n'avait pas caché ses intentions: devenir champion du monde. La mission est donc accomplie à l'issue d'une course au scénario pour un temps improbable: Küng qui s'était élancé en 10e position, venait alors de rejoindre à la 1re place le Norvégien Jansrud, exactement dans le même centième.

Mais avec le dossard 13, Feuz mettait tout le monde d'accord. Ni les Italiens pourtant très en forme cette saison mais trop loin (Peter Fill 9e et Dominik Paris 13e), ni les Français ambitieux (Brice Roger 10e et Johan Clarey qui chutait) ni les Norvégiens ne faisaient mieux.

A 30 ans, malgré ses 24 podiums de Coupe du monde en 126 courses, dont 7 victoires, Feuz a longtemps été abonné aux blessures, la dernière à un genou qui l'a laissé longtemps sur le carreau.

Avec quatre médailles, dont deux en or (avec celle de Wendy Holdener en combiné), la Suisse compte, à mi-Mondiaux, le même total que l'Autriche.
A la maison, la délégation helvétique comptait sur Lara Gut qui s'est contentée du bronze en Super-G avant de se blesser grièvement (genou) vendredi lors du combiné, mettant un terme à sa saison.

Mais le combiné hommes lundi, puis l'épreuve par nation mardi et le géant et le slalom et fin de semaine prochaine peuvent encore réserver de belles surprises.
Les Suisses font déjà mieux qu'il y a deux ans à Beaver Creek d'où ils avaient rapporté trois médailles et un seul titre.

L'Autriche, qui compte un titre avec Nicole Schmidhofer en Super-G, a également réalisé une belle moisson dimanche avec l'argent de Stephanie Vanier, dans la descente dames remportée par la favorite slovène Ilka Stuhec. Michaela Kirchgasser avait remporté le bronze en combiné.

La France tout comme l'Italie sont encore bredouilles. Les Bleus miseront sur Alexis Pinturault dès lundi dans le combiné dont il fait figure de favori avec l'Autrichien Marcel Hirscher. Avant le géant où Pinturault et Hirscher se retrouveront encore.



Sur le même sujet

Les + Lus