Tremblement de terre en Drôme/Ardèche : des communes oubliées en appellent à l'Etat

Le village de Saint-Montan réclame l'état de catastrophe naturelle suite au séisme du 11 novembre 2019 / © Renaud Gardette/FTV
Le village de Saint-Montan réclame l'état de catastrophe naturelle suite au séisme du 11 novembre 2019 / © Renaud Gardette/FTV

9 communes en Drôme et en Ardèche sont actuellement classées en catastrophe naturelle suite au séisme du Teil. D'autres communes, limitrophes au 9 premières souhaitent ne pas être les oubliées du 11 novembre 2019.

Par Nicolas Ferro

Dans le département de l'Ardèche, une vingtaine de communes demandent au gouvernement d'être reconnues elles aussi en état de catastrophe naturelle.
Ces communes sont limitrophes au cinq communes (Le Teil, Viviers, Saint-Thomé, Alba-la-Romaine, Rochemaure) les plus touchées par le séisme du 11 novembre.
 


Saint-Montan, un village fragilisé


A Saint-Montan, au sud-ouest du Teil, les dégâts sont considérables. 150 maisons ont été signalées pour des apparitions de fissures. 15 logement sont inhabitables et 6 familles ont été relogées. L'église et le château du village sont pour le moment fermés à la population. Des arches de ce vieux village de charactère ont été fragilisés. Le maire Roland Rieu en appelle à l'Etat pour faire reconnaitre son village en état de catastrophe naturelle.


Le sité médiéval de Cruas fermé


Plus au nord, à quelques kilomètres de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, la situation est identique. A Cruas, les dégâts sont moins nombreux que dans les communes les plus touchées mais ils sont tout aussi réels. Là encore 150 bâtiments ont fait l'objet d'une déclaration en mairie. 15 habitations ont été mises en péril et 33 personnes ont été relogées par la commune. En haut du village, le château du 11 ème siècle est entièrement fermé à toutes visites.

Le maire Philippe Touati s'étonne qu'il n'y ait pas eu de commission extraordinaire pour déterminer l'ensemble des communes qui pourrait bénéficier de ce classement. Les sinistres liés aux tremblements de terre ne sont pas couverts par les assureurs sauf à être reconnus en état de catastrophe naturelle. Pour le maire de Cruas, c'est "une nécessité absolue".


Les mairies concernées par le séisme bouclent sans tarder leur dossier de reconnaissance car la prochaine commission se réunit le 11 décembre 2019. Tout juste un mois après le séisme qui a frappé durement la Drôme/Ardèche.

Sur le même sujet

Les + Lus