VIDEO. Climat : en Finlande, la ville polaire de Salla est candidate aux JO d'été...de 2032

Pas vraiment un poisson d'avril en plein février mais une candidature à prendre au second degré: pour alerter le public face au réchauffement climatique, la ville finlandaise de Salla a lancé une fausse campagne pour les JO de 2032, pour" mettre en lumière sa vulnérabilité particulière"

La ville Finlandaise a constitué un vrai-faux dossier de candidature
La ville Finlandaise a constitué un vrai-faux dossier de candidature © Save Salla

La ville finlandaise de Salla a lancé cette vraie fausse campagne de candidature pour les JO de 2032, pour  "Sauver Salla, sauver la planète"

Le Renne, animal sacré en Laponie, est la mascotte des JO
Le Renne, animal sacré en Laponie, est la mascotte des JO © Save Salla


Dans cette bourgade isolée de quelque 3.500 habitants plongée dans le Grand nord, autoproclamée "l'endroit le plus froid de Finlande", le  thermomètre affiche des températures négatives la moitié de l'année.

"Je n'ai jamais ressenti de chaleur avant, mais je suis sûr que ça va venir", ironise un habitant dans une vidéo de candidature devenue virale.

Dans ce clip, disent les participants, si le changement climatique n'est pas pris au sérieux, la toundra enneigée lapone deviendra bientôt un terrain de beach-volley et la rivière gelée, un spot idéal pour les compétitions de surf.


 Sur son site de candidature, et sa page Facebook,  la ville ironise également en présentant sa mascotte, un renne baptisé "Kesä" ("été" en finnois) et infesté par les moustiques - de plus en plus présents dans l'Arctique en raison de la hausse des températures.


La vidéo de promotion "Salla2032" -- déjà visionnée 400.000 fois -- a suscité "des messages et des appels du monde entier disant "Nous ne pouvons pas laisser les Jeux d'été se dérouler à Salla", explique le maire Erkki Parkkinen.

"Cela a aidé les gens à comprendre qu'ici, sur le cercle arctique, nous avons des conditions de vie qui ont besoin d'hivers, si nous perdons nos hivers, cela crée de nombreux problèmes pour nous et pour la planète entière", poursuit-il.

On peut y voir des volleyeuses s’entraîner au milieu des congères ou encore un homme immergé dans un lac glacé tenant un cornet de glace et spéculant sur ce que sera la ville en 2032 : “Dans douze ans, cette glace aura disparu et ça fera un lac idéal”.

Selon les scientifiques, l'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale, un danger pour la faune locale et qui fait également peser un risque grave sur le permafrost, renfermant des volumes immenses de CO2.

L'action, soutenue par le mouvement pour le climat "Fridays for Future",  le mouvement lancé par la toute jeune Suédoise Greta Thunberg,exhorte les gens à agir, du recyclage au bénévolat en passant par le lobbying auprès des députés. 

"Nous espérons que notre petite campagne pour "Sauver Salla, sauver la planète" invitera davantage de personnes à réfléchir et à agir en faveur du climat", espère M. Parkkinen.

 En Laponie, où le tourisme était une source majeure de revenus avant l'arrivée de Covid-19, les autorités locales font aujourd'hui pression sur le gouvernement pour rétablir une ancienne voie ferrée permettant aux visiteurs d'atteindre la région par des moyens plus écologiques, selon M. Parkkinen.

"Nous ne voulons pas être le meilleur endroit pour accueillir les Jeux d'été en 2032", explique-t-il. "Nous voulons garder Salla et la planète comme elle est actuellement".
  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
climat réchauffement climatique environnement montagne jeux olympiques sport international région auvergne-rhône-alpes