Match de hand présumé truqué: 5 mises en examen

Nikola Karabatic dans le cadre de l'affaire d'un match de handball présumé truqué en vue d'éventuelles mises en examen / © AFP
Nikola Karabatic dans le cadre de l'affaire d'un match de handball présumé truqué en vue d'éventuelles mises en examen / © AFP

La compagne de Luka Karabatic, Jeny Priez, et quatre parieurs ont été mis en examen mardi à Montpellier pour escroquerie dans l'affaire des paris sur le match de handball
Cesson-Montpellier en mai. 

Par Sylvaine Salliou

Jeny Priez, animatrice sur la chaîne NRJ 12, a été remise en liberté sous astreinte d'une caution de 13.000 euros dans le cadre de cette information judiciaire ouverte le 1er août pour corruption active et passive, escroquerie et recel d'escroquerie aux dépens de la Française des Jeux.
Auparavant, quatre parieurs, dont le patron d'un bar suspecté d'être le cerveau de cette affaire, avaient également été mis en examen. Cet homme, dont l'identité n'a pas été dévoilée, est soupçonné d'avoir joué 15.400 euros dans son bar puis 10.100 euros dans un établissement voisin, et est considéré par le parquet comme "l'organisateur du système de paris illégaux". Ils ont tous été remis en liberté après paiement d'une caution. Dix personnes doivent encore être entendues mardi, dont les deux frères Karabatic, Luka et Nikola, qui doivent être présentés aux magistrats instructeurs en toute fin d'après-midi, ainsi que la compagne de l'icône du handball français. Les autres joueurs mis en cause sont Primoz Prost, Samuel Honrubia, Dragan Gajic et Mladen Bojinovic. Lundi soir, trois autres joueurs - Mickaël Robin, Vid Kavticnik et Wissem Hmam - avaient été remis en liberté à Nanterre, tandis qu'un autre joueur héraultais, Issam Tej, était placé en garde à vue à Montpellier.

La plus grande sévérité

Joël Delplanque, le président de la Fédération française de handball (FFHB), a promis mardi qu'il appellerait à la "plus grande sévérité" si les joueurs et ex-joueurs de Montpellier étaient reconnus coupables dans l'affaire du match présumé truqué sur fond de paris sportifs. Evoquant l'avenir de Nikola Karabatic, la grande star du handball français, impliqué dans le scandale, M. Delplanque a répondu: "Nous verrons bien quel sera son sort. Mais nous sommes déjà très actifs dans le renouvellement de notre élite. Après Karabatic, il y en aura un autre, puis un autre. De toute façon, Nikola fait toujours partie de notre Fédération. Attendons avant de la condamner." "On ne changera rien à notre façon de faire, aux idéaux pédagogiques qui ont été le ferment de notre sport. Et c'est sur cette ligne-là que nous allons continuer", a-t-il indiqué. M. Delplanque a également rendu hommage à Montpellier, un club qui fait la "fierté" du handball français et à ses dirigeants, "des hommes de très grande qualité". "Je veux dire combien je les admire pour leur capacité à traiter les affaires comme il convient, même si elles sont douloureuses", a-t-il dit.

A lire aussi

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus