Quels sont les radars qui flashent le plus en Bretagne ?

Publié le Mis à jour le

Le site internet Caradisiac sort une étude sur les radars qui flashent le plus en Bretagne. Et celui qui sort du lot se situe à Saint-Brieuc dans le sens Brest-Rennes avec 24845 infractions constatées en 2013, soit 68 par jour. Il se situe à la 106eme position nationale.

Comme chaque année, le site caradisiac.com divulgue l'ensemble des statistiques nationales région par région du contrôle automatisé. Les journalistes se sont procuré les chiffres officiels du Ministère de l'Intérieur.

171 radars en Bretagne 

Les statistiques placent la région dans une moyenne nationale. En effet, ses 171 radars placent la Bretagne au 12eme rang (sur 23) des régions pour le nombre d'infractions constatées. Selon le site, la détérioration de nombreuses cabines en fin d'année, en relation avec la grogne envers l'Ecotaxe, a dû freiner la cadence générale.

Saint-Brieuc : 68 flashes par jour

Dans son étude, Caradisiac détaille département par département l'emplacement de chaque radar avec son type, la vitesse limite autorisée et le nombre d'infractions constatées par jour.

Le top 3 régional est :
1er - Radar classique sur RN12 à St-Brieuc (22) dans le sens Brest vers Rennes : 68 infractions relevées par jour (vitesse limitée à 90km/h) *
2e  - Radar classique sur RN165 à Vannes (56) dans le sens Nantes vers Brest : 61 infractions relevées par jour (vitesse limitée à 90km/h)
3e  - Radar tronçon sur RN24 à Campénéac (56) de Ploermel vers Campénéac : 59 infractions relevées par jour (vitesse limitée à 110km/h) **

* ce radar a été remplacé depuis par un radar discriminant, dont la particularité est d'une part de différencier les véhicules légers des poids lourds (et donc d'appliquer une limite de vitesse différente selon ces deux catégories de véhicules), d'autre part d'identifier la voie sur laquelle circule le véhicule pris en infraction (évitant ainsi de mettre à la poubelle les clichés sur lesquels apparaissent plusieurs véhicules).
** radar installé au cours de l'année 2013

2 millions d'euros par mois

Dans une évaluation approximative, le site internet estime la manne financière que représente ces 171 radars et elle semble conséquente : "D'une manière générale, plus de 94 % des PV issus du contrôle automatisé sont des excès de vitesse; que parmi eux, près de 94 % également sont des "petits" dépassements, de moins de 20 km/h, dont l'amende forfaitaire est à 68 euros, alors qu'elle est de 135 euros pour les autres, comme pour les 5,6 % des PV restants (feux rouges et passages à niveau). Comme on sait que le taux de paiement moyen doit tourner autour de 80 %, si l'on en croit les derniers rapports parlementaires sur le sujet, il est possible d'évaluer – certes à la louche - le chiffre d'affaires des radars automatiques... Pour donner un ordre d'idée, les radars de la région Bretagne ont potentiellement rapporté à l'Etat plus de 23 millions d'euros en 2013, soit un peu moins de 2 millions d'euros par mois".


Un taux de déchets important
Tous les messages d'infractions (Mifs) enregistrés par les radars ne donnent pas lieu à l'édition et à l'envoi d'un avis de contravention. En moyenne, même si le système s'améliore d'année en année, plus de 40 % des clichés ainsi pris par les radars partent à la poubelle. Mais les chances d'échapper au système sont bien plus minces pour les Français. Selon les informations de Caradisiac, le pourcentage de déchets tombe alors à 25 %, en ce qui concerne les radars de vitesse.
Quels sont les principales raisons de ces rebuts ? En voici trois :
- Cela peut tout simplement provenir d'une qualité trop mauvaise de la photographie, ne permettant pas de déchiffrer le numéro d'immatriculation.
- Les deux-roues n'ayant des plaques qu'à l'arrière, s'ils sont flashés par l'avant, aucune conversion en PV n'est possible.
- Certains étrangers passent aussi encore entre les mailles du filet, même si l'étau les concernant s'est grandement rétréci en 2013.