• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Une carte pour visiter Rennes les yeux fermés

Il y a des cartes de réseau de bus, des cartes aériennes... Voilà que Rennes a sa carte sonore. Depuis 2008, des artistes réalisent des créations sonores à partir de lieux de la métropole - l'hôtel de ville, les Champs-Libres, le campus universitaire - et les intègrent dans une carte.

Par Leïla Marchand

Si vous voulez visiter Rennes les yeux fermés, la carte de Métropole Electroni[k] est faite pour vous. Ce projet un peu fou, porté par l'association Electroni[k] depuis 2008, veut montrer que les bruits de la ville, même les plus quotidiens - comme les bribes de conversation sur un quai - et les plus énervants - comme ceux d'une cage escalier particulièrement résonnante - peuvent être entendus autrement que comme des nuisances sonores. 

Pour dresser sa carte sonore, l'asso a invité des pointures de l'univers du son. Une quinzaine a déjà ajouté son "point rouge" à la carte : Herman Kolgen, artiste québécois reconnu pour ses créations audiovisuelles Aymeric de Tapol, compositieur de Bruxelles, Richard Eigner, artiste pluridisciplinaire de Bruxelles, Pauline Boyer, plasticienne sonore rennaise, Mira Calix, du label anglais de musique électro Warp Records...

12 minutes pour redécouvrir la ville

Installé à la gare de Rennes, ou sur le campus de Rennes 2, ou encore dans les couloirs de l'Hôtel de Ville, chaque artiste prend possession des lieux, l'arpente et l'enregistre... Pour en tirer une création sonore de 12 à 25 minutes.
En cliquant sur "play", l'internaute se laisse emporter dans une bulle sonore faite de petits bruits, de grincements de portes ou d'arrivée de train, de bribes de voix ou de claquements de pas. Soigneusement mixés par ces amoureux du son, les enregistrements apparaissent à la fois comme des cartes postales plus vraies que nature de Rennes et des instantanés poétiques de la vie quotidienne. On redécouvre la ville, seulement guidé par son ouïe, et l'imagination fait le reste.

Tentée sur le même principe depuis 2010 à Bruxelles, l'initiative, encore ouverte à d'autres artistes, est à découvrir sur le site internet dédié. Bonne balade sonore !


A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus