• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Jérôme Kerviel sera remis en liberté sous bracelet électronique

Jérôme Kerviel en mai 2014, alors qu'il vient de finir sa marche vers Rome. Il est alors arrêté à la frontière à Menton / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Jérôme Kerviel en mai 2014, alors qu'il vient de finir sa marche vers Rome. Il est alors arrêté à la frontière à Menton / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

C'est son avocat Maître Koubbi qui a confirmé la nouvelle. L'ex-trader français Jérôme Kerviel a obtenu ce jeudi sa remise en liberté sous bracelet électronique. Son comité de soutien à Pont-L'Abbé est très heureux.

Par EC avec AFP

La cour d'appel de Paris a accepté jeudi la remise en liberté sous bracelet électronique de Jérôme Kerviel, l'ex-trader de la Société Générale. "Jérôme Kerviel est admissible au processus d'aménagement de sa peine. Il sortira de Fleury Mérogis ce lundi et il va reprendre le cours d'une vie tout à fait normale", a déclaré à la presse son avocat, David Koubbi,

Jérôme Kerviel était incarcéré pour avoir causé une perte de 4,9 milliards d'euros à la Société générale. La cour d'appel de Paris a confirmé la décision de première instance prononcée début août par un juge d'application des peines d'Evry, contre laquelle le parquet avait fait appel.

Il aura passé plus de 150 jours en prison

Au total, l'ex-trader, considéré dans le monde comme un des symboles des dérives de la finance, aura donc passé un peu plus de 150 jours, soit près de cinq mois, derrière les barreaux. Condamné définitivement en mars à cinq ans d'emprisonnement, dont trois ferme, Kerviel purgeait sa peine depuis la mi-mai à Fleury Mérogis (Essonne). Il avait déjà exécuté au début de l'enquête 41 jours en détention provisoire. Début août, l'ex-trader avait obtenu son placement sous bracelet électronique d'un juge d'application des peines (JAP) d'Evry, mais le parquet avait fait appel de cette décision. Selon la procédure, après avoir quitté la prison, Jérôme Kerviel devrait se rendre dans un service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) où un bracelet électronique lui sera posé, avant de gagner son domicile avec un surveillant qui procédera au paramétrage du dispositif.

"On va continuer à se battre"

René Coupa, le fondateur du comité de soutien de Jérôme Kerviel à Pont-L'Abbé est très heureux.  "C'est une très bonne chose. Je pense qu'il a maintenant très hâte de retrouver sa maman qui est malade depuis cette affaire". René Coupa nous a expliqué que Jérôme Kerviel habitera et travaillera à Paris, dans l'informatique. 
Il a aussi précisé que le comité de soutien va continuer à se battre : "cette condamnation injuste nous reste sur le coeur. Il y a tellement d'irrégularités dans ce dossier. On ne peut pas laisser tomber des affaires comme ça, c'est comme l'affaire du Bugaled Breizh. Pour des gens épris de justice, c'est lamentable, on va continuer à se battre."

 


A lire aussi

Sur le même sujet

Jacline Mouraud explique sa présence à l'université d'été du MEDEF

Les + Lus