Cet article date de plus de 6 ans

Adopter un paysan bio ou comment soutenir l'agriculture

Au chapitre économie mais plutôt, dans sa version économie sociale et solidaire, démarche très tendance, l'agriculture innove. Il est possible par exemple d'adopter un paysan bio, en s'associant à un groupement foncier agricole. Exemple à Kerlouan dans le Finistère.

© France 3 Bretagne
Ancien ouvrier agricole, Ronan Goasglaz veut devenir paysan. Les terres étant rares et chères, il a dû trouver la solution pour s'installer : le GFA, groupement foncier agricole. Tout un chacun peut ainsi participer à l'achat de terres agricoles en prenant des parts sociales dans un GFA, terres, que louera l'agriculteur. Une façon d'épargner de façon solidaire, de faciliter l'installation d'un exploitant et de maintenir une agriculture, en luttant contre la spéculation foncière.

Des portes-ouvertes pour gagner des parrains


Pour faire connaître son projet et cette possibilité de soutenir son activité, en la parrainant, Ronan Goasglaz fait visiter sa ferme de près de six hectares. Son objectif est de devenir maraîcher bio et faire de la vente directe. Mais il a besoin de soutien. Une soixantaine de personnes se sont déjà portées volontaires pour participer à son Groupement Foncier Agricole. Il se donne un an pour faire aboutir son projet.

Le reportage à Kerlouan (29) de Chloé Tempéreau et Carole Collinet

durée de la vidéo: 01 min 50
adoption paysan bio

Interviews :
- Ronan Goasglaz
- Hélène Jacopin, de Lannilis (29)
- Elizabeth Mazé, de Lanildut (29)

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture agriculture bio économie