• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Notre-Dame-des-Landes : Les zadistes dénudés ont été relaxés

Des Zadistes face aux forces de l'ordre, le 24 novembre 2012 / © © Jean-François Castell
Des Zadistes face aux forces de l'ordre, le 24 novembre 2012 / © © Jean-François Castell

Ils s'étaient présentés nus face aux forces de l'ordre, lors de l'évaluation de la ZAD par les forces de l'ordre, à Notre-Dame-des-Landes. Ils ont été relaxés ce mercredi matin par la Cour d'appel de Rennes. En première instance, ils avaient été condamnés a 15 jours de prison avec sursis.

Par Sylvaine Salliou

Erwan Le Moigne, l'avocat des prévenus âgés de 32 et 34 ans, s'est dit pleinement satisfait de cette décision. Pour lui, c'est une vraie victoire, car la liberté d'expression est reconnue. Selon l'avocat, "il n'y avait pas de la part de ses clients "de volonté de porter outrage" aux forces de l'ordre. Il y avait en revanche un souhait de leur part "de manifester un désaccord par rapport à la présence de la police" sur le site du projet d'aéroport. "L'outrage nécessite un élément matériel, un geste. Etre nu est une attitude, par un geste", a-t-il développé.

Elise et Erwan nus devant les gendarmes

C'était le 23 novembre 2012. Ce jour là, 500 gendarmes investissent la ZAD de Notre Dame des landes. Objectif évacuer les lieux et détruire les cabanes qui servent de refuge aux opposants de l'aeroport. Des opposants pris par surprise au petit matin qui ne peuvent guère opposer de résistance. Parmi eux, Elise et Erwan qui pour protester se mettent nus devant les forces de l'ordre. Un geste qui se veut symbolique et pacifique pour les deux jeunes gens. Mais l'Etat ne l'entend pas de la même oreille. Convoqués pour exhibition, c'est finalement pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique qu'Erwan et Elise sont poursuivis. Ils risquent alors, 6 mois de prison et 7500 euros d'amende. En mars 2013, les deux zadistes ont été condamnés a 15 jours de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de St Nazaire. Ils ont fait appel et ont comparu le 7 janvier dernier devant la cour d'appel de Rennes soutenus par des manifestants anti aéroport.

Ce 18 février, la Cour d'appel de Rennes a rendu sa décision : les deux opposants ont été relaxés.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Aymeric Lesné

Les + Lus