Quimper : manifestation pour la défense de l'agriculture finistérienne

Ce mardi, les agriculteurs manifestent à Quimper à l'appel de la FDSEA et des JA. Ce rassemblement se déroule sur fond de crise porcine, à la veille de la fin des quotas laitiers et après des interpellations de légumiers. Un gros dispositif policier est déployé aux abords de la préfecture.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Près de 200 manifestants se sont réunis en fin de matinée devant la Chambre d'agriculture, avant de se rendre à la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) pour dénoncer "l'accumulation des nouvelles contraintes administratives", selon Sébastien Louzaouen, président des Jeunes agriculteurs (JA) du Finistère. Devant une vingtaine de CRS placés devant le bâtiment, ils ont symboliquement déversé à l'aide d'une pailleuse des déclarations de flux d'azote (fumiers, engrais, lisier, déchets verts...) réclamées depuis le début de l'année aux agriculteurs.

Ils se sont ensuite rendus en voiture, ainsi qu'à bord de deux tracteurs, dans le centre-ville où un important dispositif policier avait été déployé. Une vingtaine de fourgons de CRS était visible, ainsi que deux camions à eau et des barrières anti-émeutes. Les horodateurs, ainsi que les vitres des abribus, avaient été enlevés.


Crise profonde

Les manifestants estiment en outre que les différentes filières agricoles bretonnes "sont enlisées dans une crise profonde", indiquent-ils dans un communiqué. Les producteurs de porcs bretons s'inquiètent notamment des cours trop bas depuis l'entrée en vigueur de l'embargo russe sur la viande de porc, alors que la Russie représentait le quart des exportations européennes. Les producteurs d'échalotes traditionnelles souffrent de leur côté de la concurrence déloyale, selon eux, des produits de semis, commercialisés en tant qu'échalotes, alors qu'il s'agit d'oignons.

Le gouvernement avait promis en septembre dernier des aides rapides aux légumiers bretons les plus en difficulté face à l'effondrement des prix, lié en particulier à l'embargo russe. Cependant, selon Jean-François Jacob, président de la Sica de Saint-Pol-de-Léon, première coopérative légumière française, "les mesures annoncées le 24 septembre n'ont pas été respectées"

Une délégation d'agriculteurs a été reçue en préfecture en début d'après-midi pendant une heure et demie. Elle en est ressortie déçue. Elle a prévenue les représentants de l'Etat que la manifestation de ce mardi était la dernière à se dérouler dans le calme si leur désarroi n'était pas plus pris en compte.