Appli Fish & Click d'Ifremer : 4000 déchets d'engins de pêche signalés en 6 mois

Depuis le lancement de l'application Fish and Click au mois d'août dernier par l'Ifremer, 4000 déchets d'engins de pêche ont pu être signalés sur le littoral breton, normand et des Hauts de France. Ce programme participatif conçu pour une meilleure connaissance de la pollution en mer, se poursuit.

Les déchets d'engins de pêche retrouvés sur le littoral
Les déchets d'engins de pêche retrouvés sur le littoral © © Ifremer/Géraldine GUILLEVIC

Il peut s'agir de cordages, de filets de pêche, de lignes ou encore de casiers, perdus ou abandonnés sur les plages, les rochers, ou encore au large. Des déchets d'engins de pêche fréquents sur nos côtes, et qui peuvent avoir un impact dévastateur. Au mois d'août 2020, le laboratoire « Technologie et biologie halieutique » de l’Ifremer de Lorient a mis en place un programme de sciences participatives, avec une appli Fish and Click, pour que tout un chacun puisse signaler ces objets.
 


700 signalements pour 4000 déchets

Depuis le démarrage de l'opération il y a six mois, l'Ifremer a reçu 700 signalements et 4000 de ces déchets ont été identifiés sur le littoral de Bretagne, de Normandie et des Hauts-de-France. Une vraie satisfaction pour les scientifiques.

A noter cependant que c'est en Bretagne, que la participation à l'étude a été la plus élevée. "Ces signalements très localisés sur la Bretagne, précise Laetitia Miquerol, scientifique de l'Ifremer, sont sans doute dûs au fait que nous sommes basés à Lorient. Mais on espère que ça va augmenter dans les autres régions, parce que de ce fait les comparaisons restent pour le moment difficiles."

Ce sont pour l'essentiel des promeneurs sur les plages et des personnes participant à des collectes de déchets qui ont répondu à l'appel des chercheurs. "En mer ajoute Laetitia, les signalements ont surtout été réalisés par des professionnels, observateurs scientifiques ou participant à des campagnes océanographiques et puis aussi des plongeurs. Les pêcheurs sont au courant, mais ils ont très peu participé pour le moment."
  


Le projet européen Indigo

En 2018, les engins de pêche, retrouvés sur les plages en Europe, représentaient plus du quart des déchets marins (27%). Des déchets qui peuvent continuer à piéger les animaux marins, mais qui peuvent aussi se dégrader sous forme de micro-plastiques, et être ingérés par cette faune marine, affectant ainsi l’ensemble de la chaîne alimentaire.
 


Les chercheurs indiquent que les données collectées via l'appli permettront de "proposer des solutions pour la gestion des engins perdus et d’orienter les recherches sur des engins de pêche biodégradables dans le cadre du projet européen Indigo". Cette appli Fish &Click est en effet une des facettes de ce projet européen Indigo, piloté par l'Université de Bretagne Sud et qui vise à réduire les déchets plastiques dans la Manche et en Bretagne Sud (nord du Golfe de Gascogne). Le programme prévoit de développer de nouveaux engins de pêche en matériaux biodégradables, de prévenir et gérer ces pollutions, et enfin de développer une application pour la récupération des engins perdus.

Fabrication de nouveaux filaments, montage de filets, la recherches sur des matériaux biodégradables avance et les scientifiques espèrent pouvoir tester des prototypes au début de l'année 2022, avec à suivre des expérimentations implicant les pêcheurs.

 

Des déchets distincts selon les zones

Sur l'ensemble des déchets signalés, une grosse moitié de ceux retrouvés à terre est constituée de cordages, (56% des 4000 déchets d'engins de pêche) du moins pour la Bretagne et pour les Hauts de France. Parce que les types de déchets diffèrent selon les régions, mais aussi selon qu'ils ont été signalés en mer ou sur la côte. En Normandie, plus du quart de ces déchets sont des filets de pêche (28%) et pour plus d'un quart encore (26%), issus de l'aquaculture (poches ostréicoles, filet de mytiliculture…). En mer, 53 % des déchets recensés sont des lignes et 40 % des cordages, mais c'est là aussi que sont signalés les casiers abandonnés par exemple.
 

La carte des catégories des déchets d'engins de pêche selon les zones
La carte des catégories des déchets d'engins de pêche selon les zones © Ifremer


Fish & Click jusqu'en 2023

Le programme Fish & Click se poursuit. l'Ifremer appelle donc tous les usagers de la mer, les pêcheurs, plaisanciers, plongeurs ou les promeneurs à participer et à signaler via l'appli ou le site, les engins ou morceaux d'engins, retrouvés en mer ou sur le littoral. "Nous remarquons, que les signalements sont réalisés principalement l'été et durant les vacances scolaires", note la scientifique morbihannaise. "Nous n'en sommes qu'à un bilan d'étape après six mois, mais l'opération continue jusqu'en 2023 et il faut poursuivre les signalements !"

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie mer nature recherche sciences