La Bretagne : première destination pour les camping-cars cet été

La Bretagne se place en tête des destinations des camping-caristes pour la saison estivale 2020. Pour le moment, coincés et à l’arrêt, ils envisagent de se rattraper en voyageant cet été. 

92% des camping-caristes disent vouloir passer leur vacances en France cet été.
92% des camping-caristes disent vouloir passer leur vacances en France cet été. © PHILIPPE MERLE / AFP

Sillonner les routes oui, mais cette année, par précaution et envie de découvrir notre territoire “français”, les voyageurs ne veulent pas partir à l'étranger. Ils sont 92% à vouloir passer leurs vacances dans l’Hexagone, selon l’étude réalisée par la société Camping-Car Park, auprès de 7.600 camping-caristes français interrogés sur internet. 

Une fidélité pour le pays qui s’explique notamment par une volonté de soutenir les commerçants, restaurateurs et artisans français dans la crise que nous traversons. Ils misent aussi sur la sécurité en restant près de chez eux.  
 
19% des camping-caristes interrogés ont indiqué vouloir se rendre dans notre région

La Bretagne devrait bénéficier d’environ 3 millions de nuitées. Le Morbihan devrait accueillir le plus de camping-caristes (906.000 nuitées), suivi du Finistère (888.000 nuitées), des Côtes-d’Armor (754.000 nuitées) et enfin l’Ille-et-Vilaine (450.000 nuitées). 

De quoi rebooster l’économie bretonne et donner le sourire aux acteurs économiques locaux. En moyenne, un couple de camping-caristes dépense 52 euros par jour. 


Eviter la foule de juillet et août


Les Bretons devraient apercevoir davantage de camping-cars en juin et septembre. Si pour le moment, aucune décision concernant les vacances d’été n’a été dévoilée par le gouvernement, les français devraient privilégier la France pour cet été et éviter les déplacements à l'étranger. En partant hors période, les campin-caristes sont nombreux à vouloir éviter la foule de juillet et août. 

Selon le fondateur de Camping-Car Park, “après deux mois de confinement, les camping-caristes se montrent impatients de reprendre la route”. Et ils comptent bien profiter après ces semaines d'enfermement. 32% d’entre eux seront sur la route entre deux et quatre semaines et 20% plus de six semaines

Mais pour le moment, la règle du confinement s’applique aussi pour eux. Si certains ont pu rentrer chez eux, d’autres sont pour le moment à l’arrêt sur des terrains privés. A partir du 11 mai, ils pourront de nouveau rouler mais sans jamais dépasser plus de 100km de leur domicile.  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie transports coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter