Côtes-d'Armor : des séances de psy aux frais de la CPAM pour mieux traverser la crise sanitaire

La Caisse primaire d'assurance maladie des Côtes-d'Armor a décidé de soutenir ses assurés confrontés à une perte d'activité liée au Covid-19. Elle prend en charge des séances de psychothérapie adulte. 

Les séances sont prises en charge sous réserve d'une prescription médicale
Les séances sont prises en charge sous réserve d'une prescription médicale © AFP

Le dispositif est exceptionnel. Il s'appelle Rebondir. Son principe est simple : une aide financière pour la prise en charge de séances de psychologues ou de psychothérapie adulte. L'aide est plafonnée à 40 euros par séance, dans la limite de douze séances.

La Caisse Primaire d'assurance maladie des Côtes-d'Armor se dit "soucieuse d'apporter son soutien aux assurés costarmoricains" dans une période de confinement, avec des "conséquences économiques importantes qui engendrent déjà, ou risquent d'engendrer dans les prochains mois, des pertes d'emploi (licenciement, cessation d'activité)". Sans oublier les mesures de chômage partiel dont les effets peuvent être également dévastateurs.


Qui peut bénéficier de l'aide


Premier critère : il faut être assuré à la CPAM des Côtes-d'Armor. Il faut ensuite justifier d'une perte d'activité en lien avec la crise sanitaire (sans emploi, en cessation d'activité, ou risquant de perdre son entreprise, en reconversion ou en chômage partiel). 

Les revenus doivent être inférieurs au barême de ressources, à savoir celles du foyer des trois derniers mois précédant la demande.
Enfin, une prescription médicale est nécessaire. Le médecin traitant doit justifier le besoin de ce soutien psychologique. Pour en faire la demande, il convient donc d'en parler d'abord avec son médecin.

Cette aide est mise en place jusqu'au 31 décembre 2021.


Un soutien aux entrepreneurs 


Un dispositif intitulé APESA, Aide Psychologique pour les Entrepreneurs en Souffrance Aigüe, existe déjà depuis 2013. Il a été initié au sein des tribunaux de commerce pour "identifier, signaler, et soutenir les chefs d'entreprise en difficulté".

L'APESA 22 propose ainsi de prendre en charge cinq séances de pychothérapie pour les entrepreneurs en détresse psychologique. Pour eux, le nouveau dispositif  Rebondir vient donc en complément avec la prise en charge de douze séances supplémentaires.

 

Contact : le dossier Rebondir est à adresser au Service Action sanitaire et sociale, 106 Boulevard Hoche, 22000 Saint-Brieuc
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie crise économique