Décès d'un joggeur : les associations vont déposer plainte contre les préfets

Les associations de défense de l'environnement : Yves-Marie Le Lay, André Ollivro, Jean Hascouët et Jean-Yves Piriou / © A. Castier
Les associations de défense de l'environnement : Yves-Marie Le Lay, André Ollivro, Jean Hascouët et Jean-Yves Piriou / © A. Castier

Une plainte contre les Préfets de Bretagne et des Côtes d'Armor: c'est la nouvelle action des associations "Halte aux marées vertes", "Sauvegarde du Trégor" et "Eau et rivière de Bretagne" suite à la mort d'un joggeur retrouvé mort embourbé jusqu'à la taille à Hillion dans l'estuaire du Gouessant.

Par Thierry Peigné

Les associations environnementales ne décolèrent pas. Elles reprochent aux autorités de n'avoir pas pratiqué d'analyses permettant d'éclaircir davantage les causes du décès d'un joggeur retrouvé mort dans la vase, à l'embouchure du Gouessant, à Hillion, près de Saint-Brieuc.

Les associations suspectent une intoxication par des gaz émanant d'algues vertes en décomposition. Elles réclament une autopsie de la victime et ne comprennent pas que le parquet ait écarté cette d'hypothèse, concluant à un arrêt cardiaque sans plus d'investigation.

Face à leur insistance, le parquet a prévu de mener des auditions avec les proches de la victime prochainement.

Insuffisant pour les associations qui ont réuni la presse sur les lieux du drame ce lundi. Elles ont annoncé leur intention de déposer plainte contre le Préfet de Région et le Préfet des Côtes d'Armor pour "mise en danger délibérée de la vie d'autrui".
Plainte des associations environnementales contre les préfets
Une plainte contre les préfets de Bretagne et des Côtes d'Armor : c'est la nouvelle action des associations "Halte aux marées vertes", "Sauvegarde du Trégor" et "Eau et rivière de Bretagne" suite à la mort d'un joggeur retrouvé embourbé jusqu'à la taille à Hillion dans l'estuaire du Gouessant. Intervenants : Yves Marie Le Lay, co-président "Halte aux Marées Vertes" - André Ollivro, co-président "Halte aux Marées Vertes"  - Reportage : A. Castier - S. Lenaud

Des sangliers morts en 2011

Le drame s'est produit le 8 septembre dernier, dans le secteur où 36 sangliers avaient été retrouvés morts à l'été 2011, à un moment où les dépôts d'algues vertes étaient importants dans cette zone. Un rapport de l'Anses avait mis en avant les fortes présomptions quant aux émissions d'hydrogène sulfuré (H2S) provenant de ces algues en décomposition. Depuis, ces dépôts sont moins importants. Officiellement, ils sont rapidement enlevés pour éviter tout danger car l'algue verte n'est aucunement dangereuse quand elle est fraîche.

A lire aussi

Sur le même sujet

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp

Les + Lus