Guingamp : La maternité est sauvée après un long combat

Stratégie politique oblige, c'est le député LREM Yannick Kerlogot qui l'a annoncé en premier : la maternité de Guingamp va finalement être maintenue. Un courrier de l'Agence régionale de Santé doit être remis cette semaine au directeur de l'hôpital. La fin d'un long combat qui aura duré deux ans.

489 bébés sont nés à la maternité de Guingamp en 2019
489 bébés sont nés à la maternité de Guingamp en 2019 © Fabrice Leroy/France Télévisions

A Guingamp, c'est le grand soulagement. La maternité, qui devait fermer en février 2019, puis fin juillet 2020, va finalement être maintenue. L'Agence régionale de Santé (ARS) a autorisé le maintien de cette activité, après avoir pris en compte le maintien du nombre de naissance (489 en 2019, stable par rapport à 2018) et l'arrivée d'une pédiatre libérale cet automne.

Pour Yannick Kerlogot, député LREM, ce maintien est une très bonne nouvelle. "Dans le cadre du Ségur de la santé, on doit repasser au peigne fin les conditions d'exercice de chaque maternité en France. Le seuil des naissances n'est plus le seul critère, on regarde aussi les conditions de sécurité pour les mères et la stabilité pour les équipes.

Pour autant, Yannick Kerlogot estime que le combat n'est pas terminé. "Il faut rester vigilant, prévient-il. L'enjeu, c'est l'accueil et l'attractivité du territoire".

 

Une très bonne chose pour l'attractivité du territoire.

 

Le maire socialiste de Guingamp, Philippe Le Goff, se félicite bien sûr aussi de cette "bonne nouvelle". Le résultat d'une lutte qui aura duré plus de deux ans. "C'est une très bonne chose pour l'attractivité du territoire. Ce que je retiens de ces deux dernières années, c'est d'abord l'effroi, quand on a appris début 2018 que la maternité allait fermer, puis la lutte, et enfin tout ce travail effectué pour que le dossier soit regardé différemment"

Ni la responsable de la maternité ni les équipes qui y travaillent n'ont souhaité réagir pour le moment. Elles attendent que le courrier soit remis officiellement au directeur de l'hôpital, Samuel Froger.


Un long combat


C'est en mai 2018 que tout a démarré. L'ARS annonce la fermeture de la maternité de Guingamp pour février 2019. La nouvelle jette un gros émoi dans la population guingampaise. Les élus se mobilisent. Un collectif de soutien est créé. 
Dès juillet 2018, les salariés de la maternité obtiennent un sursis de deux ans, peut-être grâce à... Jean-Marie Bigard. L'humoriste annonce un spectacle de soutien le 20 août 2018. C'est le député local Yannick Kerlogot qui joue les messagers. 


Quoiqu'il en soit, le discours a du mal à passer du côté de la maternité. Car ce n'est qu'un sursis. La mobilisation et les actions se poursuivent. Des personnages de poids, comme Noël Le Graët, ex-maire de la ville et ex-président de l'EA Guingamp, s'investissent dans la lutte. Jusqu'à ce que la bonne nouvelle tombe : la maternité de Guingamp est sauvée et continuera son exercice après le 1er août 2020. Pour une durée encore indéterminée.

En Bretagne, on se souvient également d'un combat équivalent en 2008 pour sauver la maternité de Carhaix. Aujourd'hui, la maternité de Dinan reste menacée. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter