Guingamp. Mort d'un enfant de 3 ans. La mère et le beau-père mis en examen pour "meurtre et violences"

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.C-A

Un couple de Guingamp a été mis en examen pour "meurtre et violences" et incarcéré, ce 12 juillet, après la découverte du corps sans vie d'un enfant de 3 ans. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime serait décédée des suites d'un traumatisme crânien.

Ce dimanche 10 juillet, les gendarmes de Guingamp ainsi que les secours ont été appelés au domicile d'une femme de 22 ans et de son compagnon âgé de 29 ans, suite au décès d'un enfant de 3 ans. A leur arrivée, "ils ont constaté la présence du corps sans vie de l'enfant dans sa chambre" indique Nicolas Heitz, le procureur de la République de Saint-Brieuc, ce mercredi dans un communiqué. 

"Traumatisme crânien"

L'examen médico-légal sur place a montré que la victime présentait "des traces d'ecchymoses". Il apparaît, selon les premiers éléments recueillis, que l'enfant a été retrouvé par sa mère, "inanimé aux alentours de 17h. Elle a tenté de le réanimer en vain" selon le procureur de la République. Lequel précise également que "les constatations effectuées dans le logement ont mis en évidence un état d'insalubrité avancé".

Une autopsie du corps de l'enfant ainsi qu'un scanner ont été réalisés à l'Institut médico-légal de Rennes pour établir les causes exactes de la mort. "Il ressort que la victime est probablement décédée des suites d'un traumatisme crânien" explique le magistrat.

Le couple mis en examen et écroué

La mère et le beau-père de l'enfant ont été placés en garde à vue pour "meurtre". Entendus par les gendarmes, "ils n'ont pas été en mesure d'expliquer les circonstances du décès de l'enfant".

Le 12 juillet, le couple a été présenté au procureur de la République qui a ouvert une information judiciaire pour "meurtre sur mineur de moins de 15 ans et violences " à l'encontre du beau-père et "violences, privation de soins et non-assistance à personne en danger" à l'encontre de la mère.

L'homme et la femme ont été mis en examen et placés en détention provisoire.