Cet article date de plus de 4 ans

Lac de Guerlédan : sa photo drone tape dans l’œil d'un grand magazine américain

Pour Time Magazine, sa photo prise au moment de l'assec du lac de Guerlédan fait partie des 26 plus beaux clichés drones de l'année 2016 dans le monde. Une reconnaissance pour Nicolas Charles, réalisateur à Quintin, qui s'ajoute à d'autres récompenses obtenues pour sa vidéo "La vallée engloutie"
La photo drone qui a attiré l'attention de Time Magazine
La photo drone qui a attiré l'attention de Time Magazine © Nicolas Charles
Réalisateur installé à Quintin, dans les Côtes d’Armor, Nicolas Charles s’est spécialisé dans la prise de vue à l’aide de drone. Associé à son frère, il explique : "il faut être deux pour travailler avec un drone. Sylvain est le pilote, moi, je cadre. Comme on se connaît bien tous les deux, cela permet d’avoir une vraie complicité."

En 2014, le jeune réalisateur entend parler de la vidange programmée du lac de Guerlédan. Un premier document tourné avant le début des opérations lui permet de se faire remarquer auprès des différents organismes touristiques et acteurs institutionnels locaux pour le compte de qui il travaillera ensuite au moment de l’assec. "A cette époque, j’avais besoin de trouver un projet intéressant. Le lac vide, ça m’attirait vraiment. Grâce à mon premier film sur le lac plein, on m’a donné carte blanche pour la suite." Ainsi, pendant trois ans, Nicolas Charles va baigner dans un décor hors du temps, une atmosphère envoutante, qui lui permet de réaliser "La vallée engloutie", une vidéo qui remporte plusieurs prix dans différents festivals.
la vallée engloutie

Repérée par Time Magazine sur dronestagram, une plateforme  dédiée aux photos prises avec l'aide d'un drone, et sélectionnée comme étant l’un des 26 plus beaux clichés  2016 dans le monde, la photo du lac de Guerlédan ne fait pas partie de "La vallée engloutie". "Je l’ai prise seul, raconte-t-il, par hasard, le 1er janvier 2016 pendant la phase de remplissage du lac. Je n’avais pas spécifiquement besoin d’y aller ce jour-là, mais j’ai bien fait. Un autre jour, ou à quelques heures près, tout était différent."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
photographie culture art