Covid-19. Un variant "breton" à l'hôpital de Lannion

Un cluster avec 71 cas de Covid-19 a été détecté à l'hôpital de Lannion. 44 patients et 27 soignants sont aujourd'hui à l'isolement. Les analyses ont permis d'identifier un nouveau variant qui "n'est pas plus contagieux ni plus sévère que les autres" précise l'Agence régionale de santé.

Le variant détecté à l'hôpital de Lannion ne serait pas plus contagieux ni plus sévère que d'autres variants, selon l'ARS
Le variant détecté à l'hôpital de Lannion ne serait pas plus contagieux ni plus sévère que d'autres variants, selon l'ARS © Catherine Bazille/France Télévisions

En février, un cluster avec 71 cas de Covid-19 touche l'hôpital de Lannion, dans les Côtes d'Armor. 44 patients et 27 soignants sont ainsi dépistés positifs au coronavirus. "Toute situation de cluster fait l'objet d'une analyse complémentaire des prélèvements, indique l'Agence régionale de santé Bretagne (ARS). Les résultats de ces analyses font apparaître un nouveau variant"

Un variant breton pas plus sévère que les autres

Ni brésilien ni sud-africain ni britannique, ce variant devenu breton à la faveur d'une nouvelle mutation n'a pas, selon l'ARS, "une plus forte transmissibilité ou sévérité. Il n’est donc pas considéré comme variant d’intérêt au sens de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), contrairement aux variants initialement détectés au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud".

"On sait qu'il y a des variants pour ce virus, note le pr Matthieu Revest, infectiologue au CHU de Rennes. A partir du moment où on surveille davantage leur apparition, on les voit. Concernant Lannion, on peut dire qu'il n'a pas l'air plus contagieux que les autres. Le temps nous dira s'il l'est car pour avoir des données fiables, il faut un nombre important de personnes touchées et exposées".

Admissions suspendues au sein des services concernés 

Des dépistages collectifs sont organisés régulièrement à l'hôpital de Lannion pour freiner la propagation de l'épidémie. L'ensemble des cas positifs au Covid-19 et leurs contacts ont été isolés.
Cette mise à l'isolement de soignants a donc considérablement réduit les effectifs et entraîné la suspension des admissions dans les services concernés. "Les patients sont réorientés vers les autres établissements du territoire" précise encore l'ARS. 

Une cellule de crise territoriale a été activée au sein de chaque établissement du groupement hospitalier afin de garantir la continuité de la prise en charge des patients sur le territoire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société