Littoral. Immersion dans le monde des pieds-lourds, avec les scaphandriers formés à Trébeurden

Le Centre d’activités de plongée de Trébeurden dans les Côtes d'Armor propose des formations de scaphandriers depuis 6 ans. A l’issue de ce stage, les nouveaux diplômés seront embauchés par des entreprises pour faire des travaux publics subaquatiques.

Le casque est le symbole fort des plongeurs scaphandriers.
Le casque est le symbole fort des plongeurs scaphandriers.

Installé sur la Côte Nord des Côtes d'Armor, le Centre d'activité de plongée de Trébeurden existe depuis plus de 50 ans. La polyvalence de l’équipe et des formations dispensées, font de cette Base Fédérale Nationale, l’un des piliers de la formation plongée en France. Depuis peu, il est l’un des trois centres en France, avec l'ENS de Fréjus et l'INPP de Marseille, à pouvoir dispenser les formations de scaphandrier.


Le métier de scaphandrier

Le scaphandrier ou plongeur professionnel effectue des explorations et des travaux en eaux profondes. Il intervient en milieu hyperbare, milieux où la pression est supérieure à la pression atmosphérique.

Ce métier de scaphandrier est l'une des professions les plus dangereuses au monde. Il se pratique dans un environnement hostile qui requiert habileté, précision et courage car le risque est omniprésent. Mais il fait encore rêver beaucoup de jeunes plongeurs. 

Le marché de l’emploi de scaphandriers en France représente plus de mille emplois.

La formation scaphandrier de Trébeurden

Pour pouvoir candidater à la formation de scapahndrier, il faut déjà être titulaire du niveau 3 de la plongée loisirs. Les stagiaires, au nombre de 12 maximum par promotion, viennent d’horizons divers.

Ce stage s'effectue sur 12 semaines. Et comme la plupart des stagiaires n’a jamais travaillé dans les travaux publics, ils font l’apprentissage des techniques sur terre, avant de s’immerger enfin dans l'eau, ce qu'ils attendent tous avec impatience.

Ce sont des métiers passion

Laurent Boyer, directeur du CAP

Littoral : Formation scaphandrier à Trébeurden et L'histoire de l'île Cézon


Les stagiaires évoluent dans trois milieux : un aquarium géant, la carrière de Bégard et la mer. Ils vont tout d'abord apprendre à positionner un ouvrage au fond de l’eau, puis à souder des structures métalliques et enfin, à couler du béton sous l’eau. Ce dernier travail s'avère très compliqué et un peu angoissant car il va se dégager un nuage de laitance sous l'eau qui rend la visibilité nulle. C'est donc au toucher et à l'oreille qu'ils doivent travailler.

Il y a une fierté, c'est bon maintenant je suis scaphandrier, breveté pieds lourds, c'est une consécration. J'arrive à devenir plongeur professionnel.

Yann Tallot, apprenti-scaphandrier

 

Sur les deux dernières années, 60 stagiaires ont été formés à Trébeurden dont 5 femmes.

Le monde des pieds lourds

Ce monde des pieds lourds comme on l'appelle aussi oscille un peu entre réalité et imaginaire. Dès que l'on voit les combinaisons étanches et le mythique casque, qui pèse encore 15 kilos aujourd'hui et le narguilé, on ne peut s'empêcher de se replonger dans le monde de Jules Verne et son oeuvre "Vingt Mille Lieues sous les mers" qui incarne cette passion naissante pour le monde sous marin

Un autre sujet plein de poésie vous sera proposé dans ce magazine Littoral, il s'agit de l'histoire de l'île Cézon. Petite île fortifiée de l’Aber-Wrac’h dans le Finistère nord, Cézon était abandonnée lorsque la famille Le Nestour l’achète aux enchères, à la fin des années 50. Patrick Le Nestour projette d’y construire un théâtre, où le public viendrait entre deux marrées.....

Littoral c'est le samedi 6 mars à 11 h 30 sur France 3 Normandie et Pays de la Loire et le dimanche 7 mars à 12 h 55 sur France 3 Bretagne

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littoral mer nature emploi économie