Loudéac : le Résistant Georges Ollitrault est décédé

Georges Ollitrault, au temps de l'uniforme de la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale / © France 3 Bretagne
Georges Ollitrault, au temps de l'uniforme de la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale / © France 3 Bretagne

Georges Ollitrault figure de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est décédé ce mardi 5 février à l'âge de 93 ans. 

Par Emilie Colin


"Un authentique Résistant", "il a pris des risques très jeunes" indique Christian Bougeard, Professeur d’histoire contemporaine à la retraite à l’université de Bretagne et auteur de "La Bretagne de l'Occupation à la Libération" à propos de Georges Ollitrault. Le Résistant des Côtes-d'Armor vient de s'éteindre à l'âge de 93 ans. 

Originaire de Loudéac, il est interne au Lycée Anatole Le Braz de Saint-Brieuc. À l'âge de 16 ans et dès l'automne 1940, il fait partie des premiers jeunes à entrer en dissidence, qui refusent l'Occupation. "Il est repéré d'emblée par la police française pour des activités dites subversives" explique Christian Bougeard. Il s'engage en effet : tractage, sabotage. En 1941, il est arrêté une première fois à la suite d'une dénonciation. Un peu plus tard en 1943, il décide de rejoindre l'Angleterre par l'Espagne mais est intercepté puis arrêté dans le midi de la France.Il parvient à s'évader en simulant une fausse appendicite.
 

Un résistant de plus en plus actif malgré les arrestations


Le jeune homme devient ensuite réfractaire au STO (Service du travail obligatoire) et se cache dans des fermes de la région de Loudéac. Il rejoint alors les FTP (Francs tireurs et partisans) fin 1943. En mars 1944, arrêté à Saint-Caradec et légèrement blessé, il s'évade de l'hôpital de Saint-Brieuc. Il devient le chef du Maquis Tito en mai 1944 et se fait surnommer "Jojo". Il participe à la libération de détenus à Lannion, le 8 mai 44, un épisode qu'il raconte lors d'un reportage en 2004. 
 
Libération de détenus à Lannion : Georges Ollitrault raconte
Un reportage du 8 mai 2004 de J. Roth, T. Bouilly, P. Ducloyer, P. Gay / avec Georges Ollitrault

C'est à la tête de ce groupe qu'il entre ensuite dans Saint-Brieuc pour achever la libération du département le 6 août 1944. 

"Il a eu de la chance à plusieurs reprises" confie Christian Bougeard lorsqu'il évoque les nombreuses arrestations de Georges Ollitrault mais aussi la libération de Paimpol. Lorsqu'ils entrent dans la ville où les Allemands sont encore repliés, un groupe dont fait partie Jojo saute sur une mine. Huit de ses camarades meurent à ce moment-là. 

Les obsèques de Georges Ollitrault seront célébrées le vendredi 8 février 2019 à 14 h 00 en l'Église Saint Caradec de Saint-Caradec.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La Lorientaise 2019 : l'échauffement avant le départ

Les + Lus