80 tombes profanées au cimetière de Binic

C'est environ 80 tombes du cimetière de Binic qui ont été taguées avec des croix rouges dans la nuit de jeudi à vendredi / © France 3 Bretagne - K. Gaignoux
C'est environ 80 tombes du cimetière de Binic qui ont été taguées avec des croix rouges dans la nuit de jeudi à vendredi / © France 3 Bretagne - K. Gaignoux

Quatre-vingts tombes du cimetière de Binic près de Saint-Brieuc dans les Côtes d'Armor ont été profanées au cours de la nuit de jeudi 17 à vendredi 18 octobre 2019. Une enquête de gendarmerie est en cours.

Par Thierry Peigné


C’est vers 9h30 ce vendredi qu'un employé des pompes funèbres a découvert des croix rouges peintes sur des tombes dans le cimetière de Binic. Quatre-vingts sépultures environ ont été taguées de ces croix d'une vingtaine de centimètres de haut. Selon les premières constatations, rien n’aurait été cassé ou volé. Ce samedi matin, plusieurs personnes étaient encore présentes pour venir constater les dégâts.
 

Pas de "logique particulière"

Pour le maire de Binic-Étables-sur-Mer, Christian Urvoy, "même si cela prend plus la forme de tags, c'est quand même une profanation". 

"Il n'y a pas de logique dans les tombes taguées. Un coup, ce sont les tombes de toute une allée qui sont méthodiquement peintes et puis des tombes à droite, à gauche, un peu partout dans le cimetière qui est grand" ajoute le maire.

Dans cette allée, toutes les tombes ont été taguées / © France 3 Bretagne - K. Gaignoux
Dans cette allée, toutes les tombes ont été taguées / © France 3 Bretagne - K. Gaignoux

Ce dernier ne voit pas dans ces profanations de "message de haine religieuse" vu que "ce sont des croix romaines, des croix catholiques" qui ont été représentées.
Le maire Le maire de Binic-Étables-sur-Mer sur le cimetière profané
Christian Urvoy, le maire de Binic-Étables-sur-Mer / Reportage : K. Gaignoux - S. Ruaux

Afin de ne pas dégrader encore plus les tombes en essayant de les nettoyer, le maire va attendre que les familles se manifestent dès lundi pour savoir comment elles veulent intervenir. Il espère que le cimetière retrouvera sa physionomie habituelle d'ici la Toussaint. 

Une enquête a été ouverte par la compagnie de gendarmerie de Binic-Etables pour identifier le ou les auteurs. Des constatations et des prélèvements ont été effectués. Pour autant, "il n'y a pas d'orientation particulière à ce stade de l'enquête" nous a précisé un cadre de la gendarmerie départementale.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus