Nouveaux rassemblements de pêcheurs en mer et sur terre contre le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc

Nouvelle action de pêcheurs en baie de Saint-Brieuc ce vendredi matin. Après la mobilisation avortée de lundi et le début des travaux pour installer des éoliennes en mer, plusieurs dizaines de bateaux de pêche ont quitté Saint-Quay-Portrieux et Erquy (Côtes-d'Armor) à 7 heures. 

A 9h30 ce vendredi, environ 70 bâteaux de pêche tournent autour de la plateforme de forage Aeolus pour protester contre le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc.
A 9h30 ce vendredi, environ 70 bâteaux de pêche tournent autour de la plateforme de forage Aeolus pour protester contre le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc. © J.M. Seigner / France Télévisions

7 heures, vendredi matin à Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d'Armor), 25 bateaux de pêche quittent Saint-Quay-Portrieux. Ils doivent rejoindre d'autres navires, partis d'Erquy, de Cherbourg et converger ensemble en mer en Baie de Saint-Brieuc pour s'opposer à l'installation d'éoliennes en mer. 

 

 

Les pêcheurs avaient déjà prévu de se mobiliser lundi 3 mai mais les bateaux avaient fait demi tour pensant que le chantier avait été retardé. En réalité, les travaux ont bien démrré ce jour là.

 

 

Des fusées de détresse

 

Les pêcheurs se sont donnés rendez-vous sur la zone des travaux à 9 heures. Ils ont prévu d'encercler l'Aeolus, le bateau-plateforme qui doit forer et installer les 62 éoliennes. Les pêcheurs veulent aussi tirer des fusées de détresse.

La gendarmerie maritime était également sur zone.

 

 

Parallèlement, une manifestation à terre est prévue ce matin au Cap Fréhel.

 

 

"la bataille ne fait que commencer"

Jonathan Thomas, patron pêcheur basé à Saint-Quay-Portrieux

 

Pour Jonathan Thomas, patron pêcheur basé à Saint-Quay-Portrieux et qui fait partie du cortège de bateaux, cette journée de mobilisation est symbolique. "On veut faire acte de présence. Plus le temps va passer et plus on sera nombreux. On n'a plus rien à perdre, on ira jusqu'au bout (...) Au bout d'un moment, ils vont être obligés de nous écouter. On ne laissera pas sacrifier une baie pour de l'argent ! "

 

 

A 8h45, les bateaux approchent de la plateforme de forage Aeolus.

 

La plateforme Aeolus procède à des forages en baie de Saint-Brieuc en vue d'installer une soixantaine d'éoliennes. Les bateaux de pêche ont prévu de l'encercler.
La plateforme Aeolus procède à des forages en baie de Saint-Brieuc en vue d'installer une soixantaine d'éoliennes. Les bateaux de pêche ont prévu de l'encercler. © J.M. Seigner / France Télévisions

 

9 heures: les bateaux sont au rendez-vous. Environ 50 navires encerclent l'Aeolus. Une banderole y est accrochée et des billes de peinture sont projetées sur la coque du bateau-plateforme à l'aide de pistolets ad hoc. 

 

Les pêcheurs en colère projettent des billes de peinture sur le bateau-plateforme Aeolus.
Les pêcheurs en colère projettent des billes de peinture sur le bateau-plateforme Aeolus. © J.M. Seigner / France Télévsions

 

9h30: Ils sont à présent 70 bateaux de pêche environ à tourner autour de la plateforme Eolus. Des fumigènes et quelques fusées de détresse sont tirés.

Les manifestants se sont entendus pour tirer ensemble une salve de fusées de détresse à 10h30 précises. Au même moment, des manifestants feront de même depuis le Cap Fréhel. Appelés à se rassembler à terre, ils protestent, eux, contre les conséquences écologiques du projet de parc éolien. 

11h30: Au Cap Fréhel, une centaine de manifestants attendent les bateaux de pêche qui se rapprochent de la côte. De nouvelles fusées de détresse sont tirées de part et d'autre. 

 

 

12h: Fin de la mobilisation en mer. Les bateaux rallient leurs ports respectifs en Bretagne et Normandie.

 

Direction la plage de Caroual à Erquy

 

Vers 15h30: A terre, des opposants retent mobilisés et se rendent sur la plage de Caroual à Erquy où les attendent des forces de l'ordre.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie énergies renouvelables énergie environnement