Parc éolien en mer de la Baie de Saint-Brieuc : à l'horizon 2023 ?

La société Ailes marines a fait un point sur le projet de parc éolien en mer au large de la baie de Saint-Brieuc. Projet qui devait à l'origine voir le jour en 2018. Alors qu'une réunion doit avoir lieu ce mercredi à Bruxelles avec les pêcheurs, l'objectif était surtout de rassurer.

Source : Areva
Source : Areva

Le futur parc éolien offshore de la baie de Saint-Brieuc devait voir le jour en 2018. Mais en raison des nombreux recours, face au gigantisme du projet au large des caps d'Erquy et de Fréhel, le consortium Ailes Marines a dû revoir sa copie. Lors d'un point d'étape, il assure aujourd'hui que le projet verra le jour en 2023. Un parc de 62 éoliennes de 8 mégawatts, pour un investissement 2,2 milliards d'euros.
 

"Des usines vont sortir de terre au Havre pour la fabrication des éoliennes" annonce ainsi Emmanuel Rollin, directeur du projet "Ailes Marines", qui ajoute que d'autres vont s'installer à Brest, la base logistique de proximité est prévue sur le port de Lézardrieux, et puis les études environnementales nécessaires, avant l'installation et pour la suite, vont se poursuivre. Ailes Marines ne voit donc plus d'obstacles à la phase de mise en œuvre.
 

De nouveaux recours des opposants au projet


Une confiance que les opposants au projet s'empressent de tempérer. A en croire le porte-parole du collectif des pêcheurs artisans, Julien Tréhorel, de nouveaux recours seraient sur le point d'être déposés devant la cour européenne du Luxembourg pour contester l'attribution de subventions européennes aux différents projets offshore. Or "sans ces subventions, ces entreprises ne pourront pas créer le parc, car elles en ont vraiment besoin", précise t-il. Ils sont en train de se mettre en porte à faux avec la constitution européenne des droits à la concurrence. Aujourd'hui dans le droit européen, Ailes Marines, ou l'Etat français, est en infraction. On n'a pas le droit d'attibuer une nouvelle entreprise à la place d'une autre." 
 

Du plomb dans l'aile ?


D'autres oppositions ou freins au projet, sont en cours. Le comité des pêches conteste ainsi un récent arrêté du préfet des Côtes d'Armor. La commune d'Erquy, de son côté, n'aurait toujours pas donné son accord au raccordement du futur cable RTE sur son territoire. Enfin rien ne semble acté pour que la base arrière d'Ailes Marines envisagé à Saint-Quay-Portrieux soit réalisée dans les temps. Ce projet annoncé pour 2023, pourrait bien avoir encore un peu de plomb dans l'aile !
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éolien énergie environnement thalassa sorties et loisirs