Plérin (22) : un crâne retrouvé sur une plage de Saint-Laurent

Plage de Saint-Laurent à Plérin (22) / © France 3 Bretagne
Plage de Saint-Laurent à Plérin (22) / © France 3 Bretagne

Un crâne de petite taille, pouvant appartenir à un enfant, a été retrouvé sur une plage de Plérin, à côté de Saint-Brieuc ce mercredi. Ce crâne, qui ne correspond à aucune disparition sur le secteur, a été envoyé à l'Institut d'identification génétique de Nantes.

Par Krystell Veillard

Macabre découverte pour une femme qui pêchait à pied ce mercredi. Elle a ramassé un crâne de petite taille sur une plage de Saint-Laurent-de-la-mer à Plérin, dans les Côtes d'Armor. Le crâne, ramené par la grande marée, pourrait être celui d'un enfant. Il a été envoyé à l'Institut génétique de Nantes pour identification ADN.

Ne correspond à aucune disparition sur le secteur


A qui appartient-il ? De quand date la mort ? Pour l'instant il n'y a aucune réponse à ces questions. Et cette "datation pourrait même s'avérer compliquée", a indiqué le procureur de Saint-Brieuc, Bertrand Leclerc. "Cette découverte ne correspond à aucune disparition sur le secteur" précise t-il en ajoutant que "sur le secteur, de toute façon ça ne veut pas dire grand chose, car le crâne peut venir de beaucoup plus loin, ramené par la mer". La police de Saint-Brieuc est en charge de l'enquête.

L'ombre de l'affaire Godard


Cette découverte fait ressurgir l'ombre de l'affaire Godard, ce médecin normand, disparu en mer au large de Saint-Malo en 1999, avec sa famille. Un lien que le procureur de Saint-Brieuc se refuse catégoriquement à établir. Mais on se souvient que l'enquête sur ce drame, non résolue, avait été rythmée par des découvertes macabres, similaires à celle de cette semaine. Le 6 juin 2000, c'est le crâne de Camille, la fille, qui avait été repêché au fond de la baie de Saint-Brieuc par un chalutier. En septembre 2006, un tibia et un fémur du père avaient été sortis de l'eau par un bateau de pêche au large de Roscoff (Finistère).

Une affaire jamais résolue


En revanche, aucune trace du petit garçon Marius, ni de l'épouse du médecin n'ont jamais été retrouvées, hormis le sang de la femme, qui maculait les murs de la maison de la famille. Dans les jours qui avaient suivi la disparition de la famille, divers éléments, radeau, annexe, gilet de sauvetage appartenant au voilier, avaient été récupérés, puis ce seront des documents administratifs en 2001. Finalement, après 13 années d'enquête, en septembre 2012, le parquet de Saint-Malo avait annoncé la fermeture de l'instruction "faute de charges".


A lire aussi

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus