Une vingtaine de manifestants à Ploufragan pour s'opposer à la reprise des travaux du parc éolien en Baie de Saint-Brieuc.

Publié le
Écrit par Catherine Jauneau .

Ils étaient une petite vingtaine, avec la présence d'un représentant de l'association environnementale Sea Shepherd, réunis peu après 13h à Ploufragan dans les Côtes-d'Armor, alors que se tient sur place ce lundi 14 février une nouvelle réunion de l'Instance de concertation de suivi du chantier. Une date de reprise des travaux est attendue mais la mobilisation reste active du côté des opposants.

C'est un dossier aux multiples rebondissements : actions des pêcheurs en mer, mobilisation d'associations et travaux retardés pour différentes cause au large.

Aujourd'hui, l'instance de concertation de suivi se réunit à nouveau, avec l'espoir pour la société Ailes Marines de voir le calendrier du chantier validé et un redémarrage en mars prochain. 

De leur côté, pour les manifestants, c'est toujours un non ferme et définitif face à ce qu'ils qualifient d'usine éolienne.

On est toujours déterminé à faire interdire le projet. Récemment, on a déposé un recours au niveau de la commission européenne face au risque de détruire 54 espèces d'oiseaux dont certains protégés et des mammifères marins. Nous ne sommes pas contre l'éolien en mer, mais pas dans le périmètre du chantier de la baie.

Stéphane Cloîtré, association Sea Shepherd

A son arrivée à la réunion, Eric Bothorel, député LREM des Côtes d'Armor a laissé entendre que la reprise des travaux ne se ferait pas avant la fin de la campagne de la coquille Saint-Jacques dans la baie.

On est disposé à discuter avec les pêcheurs pour que le projet soit compatible avec leurs pratiques mais nous sommes là avec la volonté de faire ce parc. Les décisions( en faveur des énergies renouvelables )ont été réaffirmées récemment par Emmanuel Macron lors du Ocean Summit de Brest

Eric Bothorel, député LREM Côtes-d'Armor

La réunion était toujours en cours cet aprés-midi.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité