Emplois des finances publiques : ils quittent Paris pour Fougères et Lannion

Après Redon, Morlaix et Guingamp, c'est désormais Fougères et Lannion qui viennent d'être selectionnées en Bretagne pour accueillir des employés des Finances Publiques, incités à quitter Paris dans le cadre d'une relocalisation vers les villes moyennes.

© AFP Bertand Langlois

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics auprès de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, l'a annoncé ce mercredi 16 décembre. De nouvelles communes accueilleront des services relocalisés de la direction générale des finances publiques. Cette démarche inédite a été engagée il y a plus d’un an.

En Bretagne, Redon, Morlaix et Guingamp en avaient déjà bénéficiés.

Ce dispositif permettra la relocalisation d’emplois publics des grandes métropoles et de Paris vers des villes petites ou moyennes, prioritairement situées dans les territoires ruraux et périurbains d'ici 2021.

Une liste de 16 communes a été retenue :

Amiens (80), Aurillac (15), Autun (71), Cambrai (59), Clermont (60), Dignes-les-Bains (04), Epinal (88), Fécamp (76), Fougères (35), Lannion (22), Loches (37), Mont de Marsan (40), Montbard (21), Nîmes (30), Riom (63), Vendôme (41).

Ce sont au total 2.500 agents des finances publiques qui vont pouvoir exercer leurs missions en dehors des grandes métropoles, où le coût de la vie est souvent très élevé. Ce sont 66 communes de territoires ruraux et périurbains qui vont accueillir ces fonctionnaires. Cette démarche de relocalisation des services publics répond aux attentes des usagers, des agents et des collectivités territoriales, et contribue à renforcer la présence de l’Etat dans les territoires

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des comptes publics

50 premières villes avaient déjà retenues le 29 janvier dernier. La sélection de ces 66 villes au total, clôt le processus lancé le 17 octobre 2019 pour accueillir la relocalisation de services de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) actuellement situés en Île-de-France et dans les grandes métropoles, et représentant 2 500 emplois. 408 communes, présentes dans 84 départements, avaient répondu à l’appel à candidature.

L’examen des dossiers des villes candidates a été confié à un comité de sélection interministériel auquel ont participé les organisations syndicales. Les candidatures ont été retenues sur la base de critères portant sur la situation sociale et économique du territoire, son attractivité, la qualité des solutions immobilières proposées et les conditions d'accueil des agents des finances publiques.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie