Extractions judiciaires : le ras-le-bol du procureur de Brest

© Gilbert Queffelec / France 3 Bretagne
© Gilbert Queffelec / France 3 Bretagne

Le nouveau mode des extractions judiciaires n'en finit pas de faire parler de lui. Cette fois, un détenu a été libéré, faute de pouvoir l'acheminer au tribunal de Brest. Le procureur de Brest a dit son ras-le-bol.

Par Baptiste Galmiche

Trop, c'est trop. Le procureur de la République de Brest ne cesse de fulminer des reproches à l'égard du nouveau mode d'extractions judiciaires.

Et il y a de quoi : un détenu, qui n'a pas pu être conduit au tribunal, a été libéré. L'homme de 36 ans devait être jugé pour un important trafic de stupéfiants.

Services pénite​ntiaires

Depuis le dispositif mis en place le 1er mai dernier, les services pénitentiaires sont chargés de l'escorte des prisonniers, de la maison d'arrêt jusqu'au tribunal.

Problème : seuls deux pôles ont été mis en place, à Rennes (35) et à Lorient (56). Le Finistère en est dépourvu. "Il est invraisemblable de faire venir des fonctionnaires en véhicule depuis Lorient pour assurer un trajet qui ne dure qu'un quart d'heure entre la maison d'arrêt et le tribunal de Brest !" assène le procureur Mathais.

Faute de pouvoir être acheminé au tribunal de Brest, et ayant, dans son droit, refusé la vidéoconférence, l'homme de 36 ans a donc été libéré sous contrôle judiciaire.

La police montrée du doigt

Alors que la loi permet au procureur de faire appel à la police et à la gendarmerie pour garantir des extractions urgentes, M. Mathais fait le constat, dans le Télégramme, que "sur les 16 fois que j'ai demandé de l'aide, la police n'a accepté que six fois et la gendarmerie, dont la prison n'est pas sur son territoire, deux fois."

"On me dit que les forces affectées ont été redéployées", conclut-il.

Reportage : M. Le Morvan / G. Queffelec / G. Hamon.
Extractions judiciaires : le ras-le-bol du procureur de Brest
Le nouveau mode des extractions judiciaires n'en finit pas de faire parler de lui. Cette fois, un détenu a été libéré, faute de pouvoir l'acheminer au tribunal de Brest. Le procureur de Brest a dit son ras-le-bol. Reportage : M. Le Morvan / G; Queffelec / G. Hamon. Interviews : - Éric Mathais, procureur de Brest ; - Ronan Appéré, avocat.
Interviews :
- Éric Mathais, procureur de Brest ;
- Ronan Appéré, avocat.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus