Animal marin dangereux : des physalies échouées sur des plages du Finistère

Physalies baie des trépassés / © Pauline Horellou
Physalies baie des trépassés / © Pauline Horellou

Des animaux ressemblants à des méduses se sont échoués sur plusieurs plages du Finistère-Nord. On les appelle les physalies. Attention, il ne faut surtout pas les toucher. Le contact avec la peau peut être dangereux et même potentiellement mortel. 

Par Adélaïde Castier

À première vue, elles ressemblent à des méduses. Mais cet animal marin s'avère bien plus dangereux. Les physalies, plus communément appelées "Galères portugaises", font partie de la famille des "siphonophores", appartenant au zooplancton. Elles sont composées d'un flotteur translucide gonflé de gaz et de fins tentacules.

Elles ont l'habitude d'évoluer dans les eaux chaudes mais il n'est pas rare qu'emportées par les courants, elles s'échouent sur nos côtes. 


Attention... danger !


Depuis une dizaine de jours, de petites quantité de physalies viennent s'échouer sur les plages du Finistère-Nord. D'abord sur les plages de Saint-Laurent et de port de Mazou à Porspoder. Puis sur la plage de Porsmeur à Plouescat, et à Saint-Pabu. Dimanche, d'autres se sont échouées dans la baie des Trépassés.

Les physalies présentent un véritable danger pour l'homme. Même mortes et échouées sur la plage, elles restent très urticantes. Il ne faut surtout pas les toucher car elle provoque des brûlures, de la fièvre, des crampes, des vomissements ou encore une perte de connaissance. Pour les plus sensible, cela peut aller jusqu'à l'arrêt cardiaque.
En cas de contact, il est recommandé d'appeler immédiatement le SAMU (15). 

Dominique Barthélémy, conservateur en charge du milieu vivant à Océanopolis, les classe parmi les animaux les plus urticans et les plus venimeux de la famille des planctons. 

Des physalies s'échouent sur les plages du Finistère
Des animaux ressemblants à des méduses se sont échoués sur plusieurs plages du Finistère-Nord. On les appelle les physalies. Attention, il ne faut surtout pas les toucher. Le contact avec la peau peut être dangereux et même potentiellement mortel. / Intervenant : Dominique Barthélémy, conservateur adjoint Océanopolis - Reportage : C. Aubaile - F. Malésieux

Des employés communaux s'occupent de les ramasser et quelques marées devraient suffire pour en venir à bout. Méfiance néanmoins si vous êtes en ballade ces prochains jours sur les plages du Finistère nord ou si vous pratiquez des sports de glisse type paddle ou surf. Mieux vaut éviter de croiser  la route de cet animal marin guère sympathique. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Rennes La Janais : fin du partenariat PSA SNCF

Près de chez vous

Les + Lus