Ifremer : une découverte pour mieux prévoir les tsunamis ?

Publié le Mis à jour le

La combinaison de certaines molécules présentes dans l'eau de la mer Noire ainsi que la salinité de l'eau pourraient provoquer des risques de tsunamis. Cette découverte devrait permettre de mieux prévenir les risques de raz-de-marée.

Dans la mer Noire sont présents des hydrates de méthane. Le changement climatique agit sur ces molécules en les déstabilisant, pouvant provoquer des tsunamis. Jusqu'ici, il s'agissait de la seule cause connue.

Dans un article publié dans Nature Communications, les chercheurs de l'Ifremer, après 30 jours de mission en Roumanie et deux années de recherche, mettent en avant un autre facteur pouvant être à l'origine de la déstabilisation de ces molécules, et donc de tsunamis. En effet, la salinité de l'eau joue également un rôle. "La mer Noire peut être considérée comme le premier chantier naturel permettant de surveiller en direct l'effet de variation de salinité sur les hydrates de méthane."

Depuis plus de 800 000 ans, les variations du niveau de cette mer permettent ou non à la mer Noire et la mer Méditerranée d'être connectées ou non. "Ainsi, la mer Noire fut tantôt un lac d'eau douce, tantôt une mer isolée d'eau salée."

"Dans les 5 000 prochaines années, ce paramètre de salinité pourrait être à l'origine d'une déstabilisation des hydrates de méthane sur une surface de 2 800 km², pour un volume de gaz estimé entre 40 et 200 milliards de m3, soit l'équivalent de 5 ans de consommation de gaz naturel pour un pays comme la France", estime l'article publié dans la revue scientifique.

Une deuxième mission est prévue courant 2019.

durée de la vidéo: 01 min 41
Ifremer : une découverte pour mieux prévoir les tsunamis ?