La langouste d'Iroise fait son grand retour pour les fêtes de Noël

À Noël, elle sera la reine des plateaux de fruits de mer. Pourtant elle avait bien failli disparaître il y a 10 ans. Ce jeudi 17 décembre s’est tenue à Brest la plus grande vente en criée de langoustes rouges. Ce qui confirme le retour en force de cette espèce emblématique des eaux bretonnes.

La langouste rouge pêchée en mer d'Iroise est la grande vedette de la criée de Brest en cette période de Noël.
La langouste rouge pêchée en mer d'Iroise est la grande vedette de la criée de Brest en cette période de Noël. © Valerian Morzadec

Elle revient de loin, la langouste de la mer d'Iroise: en 2010, les pêcheurs en ramenaient péniblement une quinzaine de tonnes par an. En 2020, on dépassera sans doute les 50 tonnes. C'est là, la récompense des mesures que les professionnels se sont imposés à eux-mêmes : interdiction de pêcher des femelles avec des œufs, fermeture des pêcheries de janvier à mars, établissement d'une zone protégée de 20 hectares autour de l'île de Sein et surtout une augmentation de la taille des individus pêchés. 11 cm, la taille de la tête contre 9,5 cm requis par l’Europe. 

"Ça fait des langoustes qui font entre 900 g et 1 kg, et ça a permis qu’elles se reproduisent une à deux fois avant d’être pêchées", explique  Erwan Quéméneur, chargé de mission au comité départemental des pêches du Finistère.

A Noël, il y aura de la langouste d'Iroise sur les tables du monde entier

 

Suivi scientifique


Grâce à tous ces efforts, le stock se reconstitue. Chercheur à Ifremer, Martial Laurans le constate lui aussi. Au chevet de l’espèce depuis 10 ans, le scientifique assiste parfois à la vente de langoustes. L'occasion de vérifier leur taille moyenne, d'en déduire leur âge, pour pouvoir estimer ensuite l'état de la ressource. 

"On a un stock qui est clairement sur une très bonne dynamique. C’est ce qui se confirme cette année avec une augmentation significative des captures. Si tout le monde joue le jeu et respecte bien cette espèce, on a un bel avenir pour la langouste sur les côtes ", assure-t-il. 

Ça prouve que les pêcheurs sont capables de gérer un stock et peuvent être les sentinelles du milieu

Erwan Quéméneur

 

Petite ombre au tableau


La plus grande vente nationale de langoustes s’est tenue à la criée de Brest ce jeudi 17 décembre. Le jour précédent, près de 3 tonnes du crustacés sont parties en quelques minutes. Seule zone d’ombre au tableau : en raison de la crise sanitaire et de la fermeture des restaurants, les prix ne sont pas ceux espérer par la profession. 70 euros le kilo environ, quand ils avaient dépassé les 100 euros l'année dernière. Les cours devraient cependant remonter au moment des fêtes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie gastronomie culture