Océanopolis va participer à la reproduction de poissons-scies en aquarium

Trois aquariums européens dont Océanopolis à Brest, vont collaborer pour favoriser la reproduction en captivité du poisson-scie commun, espèce en danger critique d'extinction.

"On va complètement sur l'inconnu. Dans le monde, il n'y a jamais eu de reproduction de cette espèce" en aquarium, a reconnu Dominique Barthélémy, conservateur en charge du milieu vivant au Centre de culture scientifique Océanopolis de Brest.

Quatre spécimens seulement en aquarium en Europe

Le poisson-scie commun (pristis pristis) est une espèce inscrite sur la liste des espèces en danger critique d'extinction par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Seuls, quatre spécimens de cette espèce de raie, convoitée pour ses ailerons, nagent dans les aquariums européens. Planet Ocean Montpellier abrite deux mâles de 16 et 17 ans, originaires d'Australie, tandis qu'Océanopolis et Oceanogràfic Valencia (en Espagne) ont chacun une femelle.

Une reproduction pas "garantie"

Pour favoriser leur reproduction, les trois aquariums ont donc décidé de constituer deux couples. Ainsi, la femelle d'Océanopolis va être transférée à Montpellier pour y rejoindre un mâle et le second mâle montpelliérain prendra la direction de l'Espagne où se trouve une femelle. 

S'il y a reproduction, on a convenu que le premier juvénile viendrait grandir à Brest

Dominique Barthélémy,

conservateur en charge du milieu vivant au Centre de culture scientifique Océanopolis

La reproduction n'est toutefois pas garantie car "on connaît mal le cycle biologique" du poisson-scie, même si de nombreuses espèces de raies et de requins se sont déjà reproduites dans de grands bassins, selon le conservateur.

A LIRE AUSSI: Océanopolis parvient à faire naître des poissons de récifs coralliens menacés

Un transfert délicat

Le transfert des poissons-scies va mobiliser une cinquantaine de personnes à Brest et Montpellier. La femelle de Brest, âgée de 23 ans mesure 3,10 mètres. Elle sera sédatée, placée dans une civière, son rostre protégé par une chaussette. Puis le transfert s'effectuera dans un camion équipé d'un bassin de six mètres de long, d'une contenance d'environ 20.000 litres d'eau de mer. Une fois la femelle arrivée à Montpellier, un mâle partira pour Valence à bord du même camion. La date du transfert, "imminent", est tenue secrète.

Nicolas Hirel, conservateur de Planet Ocean Montpellier, voit dans cette opération "l'occasion d'approfondir la connaissance scientifique sur le mode de reproduction de cette espèce finalement peu connue, et de participer à sa conservation", selon un communiqué. 

Le 10 octobre, la Commission pour la Sauvegarde des Espèces de l'UICN a reconnu le rôle des jardins botaniques, aquariums et zoos dans la conservation des espèces et les a encouragés à collaborer "pour inverser le déclin de la biodiversité".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité