Violences au lycée Dupuy-de-Lôme à Brest : une cellule psychologique mise en place assure le rectorat

Une cellule psychologique a été mise en place au lycée Dupuy-de-Lôme à la suite de violences commises aux abords de l'établissement / © France 3 Bretagne
Une cellule psychologique a été mise en place au lycée Dupuy-de-Lôme à la suite de violences commises aux abords de l'établissement / © France 3 Bretagne

Alors que des violences ont été commises vendredi dernier aux abords du lycée Dupuy-de-Lôme à Brest, les syndicats de professeurs regrettaient l'absence de cellule psychologique. Le rectorat affirme qu'elle a été mise en place dès le début des événements.

Par E.C avec AFP

Contrairement à des affirmations des syndicats, une cellule psychologique a été rapidement mise en place au lycée Dupuy-de-Lôme de Brest devant lequel un coup de feu a été tiré mercredi 4 septembre, a indiqué lundi le rectorat de l'académie de Bretagne. "La cellule psychologique est en place depuis le début de l'événement", a assuré Emmanuel Ethis, le recteur, lors d'une conférence de presse au sein de l'établissement.


Une cellule d'écoute évolutive


"On a commencé a écouter une quinzaine d'élèves dès le jeudi (...), aujourd'hui on a une demande d'environ 70 personnes au total", a précisé le recteur, faisant état d'une cellule d'écoute "évolutive". "Dès le jeudi, le pôle santé social de l'établissement était en capacité d'accueillir les élèves", a précisé le proviseur du lycée, Richard Le Tirilly. "La cellule d'écoute proprement dite réclame une structure un peu plus imposante et plus importante et c'est le cas depuis ce matin", a-t-il ajouté.
 
Incidents au lycée Dupuy-de-Lôme : une cellule psychologique mise en place
Emmanuel Ethis, Recteur de l'académie de Rennes

Dans un communiqué les syndicats SUD éducation, FSU et CGT avaient dénoncé jeudi "l'absence de mise en place d'une cellule psychologique", alors que "des élèves
ont été traumatisés".    


Une enquête de police est en cours pour déterminer avec précision le déroulement des faits et les infractions commises. Deux jeunes ont été interpellés ce lundi 9 septembre, déjà connus des services de police. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus