Coasteering, le grand bond en avant

Marcher, nager, sauter, escalader, le Coasteering, c'est un peu tout ça et c'est la discipline sport-aventure qui prend de l'ampleur sur le littoral breton. Une sorte de canyoning, où les côtes rocheuses ont remplacé les rivières. Nous l'avons testée à Morgat, sur la presqu'île de Crozon. 

Coasteering, le saut vers l'aventure
Coasteering, le saut vers l'aventure © Benoît Le Vaillant
Ciel bleu, mer émeraude, la baie de Douarnenez vous salue bien. Derrière les pins maritimes, son décor invite à la contemplation. Pourtant, c'est un moment un peu sportif qui attend Maël, le guide assermenté, et ses 7 aventuriers du jour. Ils ont déjà la combinaison sur le dos, les baskets aux pieds et vont bientôt mettre le casque sur la tête.
 

Auparavant, sur la pointe du Kador, Maël distribue quelques infos sur la géographie locale. " Les eaux de l'Atlantique terminent leur course ici, toutes les matières organiques se déposent au fond et donc on a des eaux super claires. (....) Au loin, on distingue les Monts d'Arrée et par là le Menez Hom, le point culminant de la Bretagne, à 3300 décimètres (!) de haut".
Coasteering : vue sur la baie de Douarnenez
Coasteering : vue sur la baie de Douarnenez © Benoît Le Vaillant


Escalader, nager, sauter

Quelques minutes de marche à travers les bois, puis c'est parti pour la descente, à flanc de rochers, vers la mer. Un petite topo - basique - sur les techniques d'escalade, - "trouver une prise solide pour les pieds, prendre appui sur les jambes et trouver une prise pour ses mains"- et on peut se jeter à l'eau, au sens propre du terme, pour la première fois. Un petit saut de 1 à 2 mètres de haut, juste histoire de "se réveiller". L'eau est à 18 degrés environ.

Après, c'est parti pour un enchaînement de sections nagées, de grimpette sur les rochers, de saut dans la mer. L'eau est claire, il y a très peu de houle, les conditions sont idéales. 
 
Coasteering : escalade sur les falaises avant le grand saut
Coasteering : escalade sur les falaises avant le grand saut © Benoît Le Vaillant

La partie la plus "spectaculaire", c'est bien sûr le saut depuis les rochers. La hauteur peut atteindre 10 mètres! Dans ce cas, il faut donner une bonne impulsion sur ses pieds, avant de sauter et bien mettre les bras le long du corps, pour ne pas se faire mal au moment de l'impact avec l'eau. Bien sûr, pour ceux qui se sentent à l'aise, une petite figure de style en l'air n'est pas interdite ! 
D'ailleurs, les kayaks en randonnée ont l'oeil et le coup de pagaie attirés, ou pour le moins intrigués, par les "coasteerers". 
 

Dans les grottes marines de Morgat


Plus encore que le kayak, le canoë ou le paddle, le coasteering est un excellent moyen d'aller explorer des contrées naturelles peu accessibles, surtout à marée haute. Maël fait ainsi littéralement plonger son groupe d'aventuriers dans les célèbres grottes, qui se sont creusées sous les falaises de Morgat. En nageant dans les petites tunnels marins, attention aux vagues, elles peuvent vous faire embrasser les parois ou vous refouler quelques mètres en arrière. 

Là encore, le décor est somptueux. Sur les parois, de véritables fresques naturelles, des domes colorés et différentes nuances de roches. La lumière parvient timidement à nous éclairer par le reflet du soleil sur l'eau turquoise. 

A l'intérieur, sous la cathédrale de roche, Maël aura aussi un petit mot sur les légendes locales de cet endroit nommé "Toull an Diaoul" (le trou du diable).
 
Coasteering : entrée dans les grottes marines de Morgat
Coasteering : entrée dans les grottes marines de Morgat © Benoît Le Vaillant
 

Un goût de reviens-y!


Après une dernière section de nage, on arrive au port de plaisance de Morgat. L'occasion d'observer une nouvelle fois la baie de Douarnenez. Il faut alors faire un ultime effort, une remontée sur les hauteurs, à travers un sentier de randonnée. On arrive au point de départ. 3 heures ont passé, 900 mètres -seulement! on aurait dit tellement plus - ont été parcourus. Suivant la condition physique des uns et des autres, les corps sont plus ou moins fatigués. Mais les yeux brillent et trahissent une envie de recommencer !


Une activité venue du Pays de Galles

Devenu populaire au pays de Galles dans les années 90, le coasteering s'est étendu aux autres côtes du Royaume-Uni. Depuis quelques années, il se développe dans de nombreux pays. Dans ces conditions, personne ne sera surpris de voir le coasteering traverser la Manche pour venir se développer en Bretagne, désormais. Il est vrai que la morphologie de notre littoral n’a rien à envier à celle de nos cousins celtes des Iles Britanniques. Les falaises et les zones naturelles rocheuses accidentées ne manquent pas ! Par ailleurs, la Côte d’Azur et la Normandie ont aussi leurs adeptes.

Pratique

En Bretagne, il existe trois lieux officiels pour faire du coasteering en activité encadrée par un guide professionnel :
- Morgat (avec la structure Dizolo) : contactez Maël au 06 32 97 99 31
- Plouha dans les Côtes d'Armor (avec l'office de tourisme, Falaise d'Armor au 02 96 65 32 53)

En moyenne, compter 40 euros pour une randonnée de 3 heures environ. Les combinaisons, les casques et le matériel d'escalade (à Plouha) sont fournis. Il vous faut amener une paire de chaussure de sports, si possible une bouteille d'eau et un soupçon de courage.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aventure sorties et loisirs mer nature
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter