Distribution et visibilité : Le Journal de la Bretagne doit réajuster son projet, sa parution est suspendue

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP
Les locaux du Journal de la Bretagne
Les locaux du Journal de la Bretagne © France 3 Bretagne

La parution de l'hebdomadaire Le Journal de la Bretagne, lancé en avril pour "donner une information régionale sur l'ensemble de la Bretagne historique", a été "suspendue" jusqu'à début 2020, le temps de réajuster le projet, a indiqué mercredi son fondateur Christian Troadec.


"On a un petit souci de distribution", a expliqué à l'AFP le maire de Carhaix (DVG), qui fut l'un des leaders du mouvement des Bonnets rouges. "On doit parvenir à plus de visibilité", a-t-il précisé. Vendu le mercredi au prix de deux euros, cet hebdomadaire devait atteindre les 10 000 exemplaires par semaine pour équilibrer ses comptes. "Nous étions à 2 000 ou 3 000 exemplaires en dessous du seuil de rentabilité", a précisé Christian Troadec, soulignant que depuis son lancement le 17 avril, l'hebdomadaire, imprimé par Le Télégramme, avait engrangé 300 abonnés.

Une dizaine de journalistes, essentiellement des jeunes, avaient été embauchés pour la rédaction de cet hebdomadaire au format tabloïd, qui comptait 40 pages dans son premier numéro et couvrait les cinq départements de la "Bretagne historique", à savoir les quatre départements de la région Bretagne (Ille-et-Vilaine, Morbihan, Côtes-d'Armor et Finistère) et la Loire-Atlantique. 


Retour début 2020


Le dixième numéro sera relancé en janvier ou février 2020 avec une vingtaine de pages seulement. Le Poher, racheté par Christian Troadec au Télégramme en janvier 2018, portait financièrement et juridiquement Le Journal de la Bretagne. L'hebdomadaire du Centre-Bretagne, basé à Carhaix, avait été créé en 1996 par Christian Troadec qui l'avait ensuite vendu au Télégramme en 1999. 
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.