• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Finistère : le château de Trévarez retrouve son Art nouveau

Trois salles du château de Trévarez (Saint-Goazec, Finistère) viennent d'être restaurées et sont visitables par le public. / © France3 Bretagne/Loïc Blache
Trois salles du château de Trévarez (Saint-Goazec, Finistère) viennent d'être restaurées et sont visitables par le public. / © France3 Bretagne/Loïc Blache

Après plusieurs mois de restauration, trois nouvelles pièces de l'aile Est du château de Trévarez (Saint-Goazec, Finistère) sont désormais visibles telles qu'elles existaient au début du XXe siècle.

Par Loïc BLACHE

Après 20 années de recherches et un peu plus d'un an de restauration, le château de Trévarez (situé à Saint-Goazec, Finistère) vient de retrouver trois des pièces de son aile Est : le bureau, le cabinet de toilette et la chambre de James de Kerjégu, l'hôte des lieux au début du XXe siècle. Des pièces recréées comme à l'époque, mais somme toute assez modernes.
 

Les trois pièces rénovées de l'aile est


La chambre avait été conçue à l'époque par Georges de Feure, recruté par la Maison Bing, maison spécialisée dans l'Art nouveau, alors que la tendance était plutôt à l'art gothique et à la renaissance.

"C'était assez audacieux de la part de James de recourir à l'Art nouveau", explique Noélie Blanc-Garin, chargée d'exposition au domaine de Trévarez. "Cette commande à la galerie Bing en 1903, c'est la seule commande pour un château qui existe et qui est encore existante. Ce que vous voyez à Trévarez est unique."
 

Végétal


"Le mobilier de la chambre a été redécouvert au début des années 2000", détaille Noélie Blanc-Garin. "Et dans les années 2005, le Département et la Drac acquièrent le lit, qui avait été vendu aux enchères à un particulier en 1970." S'engage alors un travail de restauration à l'identique des lieux, pour un coût de 800.000€.
 

Dans la chambre, les deux armoires sont encastrées, comme parties intégrantes de la pièce. "Ce ne sont pas des armoires qu'on peut installer dans un autre endroit", précise Noélie Blanc-Garin. Autre caractéristique de l'Art nouveau, l'inspiration du végétal : des fleurs sont gravées sur le lit, les armoires et la cheminée ou encore dessinées sur les carreaux du cabinet de toilette.
 
Georges de Feure s'est inspiré du végétal pour les décorations. / © France3 Bretagne/L.B.
Georges de Feure s'est inspiré du végétal pour les décorations. / © France3 Bretagne/L.B.

"Maintenant, on a l'intégralité du rez-de-chaussée qui est ouvert au public", se réjouit Vincent Gragnic, directeur du domaine de Trévarez. "Ces pièces représentent le cliché de la Belle Epoque, de la richesse de ce personnage qui avait les moyens d'acquérir du mobilier très novateur."

 

James de Kerjégu

Né à Saint-Goazec (Finistère) en 1846, James de Kerjégu a été un diplomate et homme politique français. Il a notamment été député et président du Conseil général du Finistère. En 1883, il s'est marié avec la fille du baron de Haber, avec qui il aura un enfant.
De 1893 à 1907, il a fait construire le château au milieu d'un parc paysagé de 85 Ha. Mais il profitera à peine de cette construction car il décèdera un an plus tard, en 1908, à l'âge de 62 ans.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus