Féminicide à Morlaix. Le conjoint placé en détention provisoire. Il aurait agi par jalousie

Publié le Mis à jour le

Le concubin de la jeune femme de 18 ans retrouvée le mardi 17 août sans vie à son domicile à Morlaix dans le Finistère, a été placé en détention provisoire. Il a déclaré être passé à l’acte par jalousie. Le couple a un bébé de 4 mois. L'homme avait déjà été condamné pour violence sur sa compagne.

Lors de sa garde à vue, "le compagnon de la jeune femme retrouvée décédée à Morlaix a confirmé ses précédentes déclarations. La jalousie serait, selon lui, le motif de ce passage à l’acte mortel", précise le procureur de la République de Brest, Camille Miansoni ce jeudi 19 août.

A l’issue de la garde à vue, le parquet de Brest a ouvert une information judiciaire pour meurtre par conjoint ou concubin. Le suspect encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour ce crime.

Etablir les circonstances exactes des faits

Présenté ce jeudi en fin d’après-midi devant le juge d’instruction, le suspect a souhaité garder le silence. Il a été placé en détention provisoire. L’enquête va maintenant devoir établir les circonstances exactes de ce drame.

Déjà condamné pour des faits de violence sur sa compagne 

Selon les informations de nos confrères du Télégramme, "une procédure judiciaire avait été diligentée à (son) encontre pour des faits de violence par concubin, le 17 février dernier. Au cours d’une dispute, il avait secoué sa compagne, alors mineure et enceinte, qui s’était vue prescrire un jour d’ITT (incapacité temporaire de travail). En garde à vue, l’homme avait reconnu les faits puis fait l’objet d’une CRPC (plaider coupable) le condamnant à six mois d’emprisonnement avec sursis."

Une situation dramatique au goût très amer de déjà vu comme le souligne le collectif #NousToutes dans un tweet.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité