Finistère. Élevage d'alpagas, les cousins des lamas... "Ils sont très craquants, on dirait des peluches"

En pleine campagne, entre Quimper et Douarnenez, Virginie Kervarec élève des alpagas. Comme leurs cousins lamas, ils crachent quand ils sont surpris ou en colère, mais ils sont surtout recherchés pour leur laine d’une douceur exceptionnelle.  

Les alpagas sont réputés pour leur fibre toute douce.
Les alpagas sont réputés pour leur fibre toute douce. © Claire Louet / France Télévisions

Yodeline, Black Out, Jungle... Virginie a donné un prénom à chacun de ses alpagas. Si comme les lamas, ils sont originaires des pays de l'Amérique du Sud, les alpagas savent s'adapter et ceux de Virginie se sont bien acclimatés à la Bretagne. Depuis 2017, Virginie élève son troupeau d'une quarantaine de bêtes dans le Finistère. Il s'agit d'un des rares élevages professionnels de la région

Le coup de foudre entre Virginie et les alpagas a été direct. “On devient vite dépendant d'eux. Il a tout pour plaire cet animal. C’est doux, c’est chaleureux. On sent cette innocence. Ils sont très craquants, on dirait des peluches mais il faut faire attention, ça reste un animal qu’il faut éduquer correctement”, confie Virginie. 

© Claire Louet / France Télévisions

 

Une laine 7 fois plus chaude que celle du mouton

Au milieu des champs, mâles et femelles sont élevés séparément, mais toujours en groupe. L'animal est réputé pour sa laine d'une douceur exceptionnelle. Virginie sélectionne les reproducteurs pour améliorer la qualité de la laine. Tondus une fois par an, les alpagas donnent plusieurs kilos de fibre. La fibre d’alpaga est 7 fois plus chaude que la laine de mouton et 3 fois plus résistante. Et une de ses plus grandes qualités... est qu'elle soit anallergique. 

16 couleurs différentes 

Vous l'aurez compris, sa fibre est douce mais aussi colorée ! Du blanc, du noir, du fauve, en passant par le marron et le gris argenté… Il y en a pour tous les goûts. Pour une seule espèce, il existe 16 toisons de couleurs différentes. "Ça nous offre un choix assez impressionnant", constate Virginie. Une fois filée, la laine est tricotée par l'éleveuse..un travail artisanal qui garantit une traçabilité totale.

© Claire Louet / France Télévisions

Cette passion pour les alpagas, Virginie adore la partager. Elle organise des visites dans sa ferme pour le grand public, sur rendez-vous uniquement

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature