Quimper : les élus craignent une diminution des dessertes TGV en Cornouaille

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jeanne Travers

Les élus quimpérois s'inquiètent d'un rapport actuellement à l'étude au Ministère des Transports. Celui-ci questionne l'intérêt du maintien des dessertes TGV dans les villes moyennes. "Ne nous oubliez pas !" implore la mairie de Quimper.

Voilà 3 mois que la LGV est arrivée dans la région Bretagne, plaçant la Cornouaille à 3h30 de Paris. Et à Quimper, l'inquiétude monte déjà chez les élus municipaux : la rumeur court que les dessertes TGV pourraient se raréfier dans certaines gares.



En effet, un rapport est actuellement à l'étude au Ministère des Transports, questionnant l'intérêt du maintien des dessertes TGV dans les villes moyennes, à la fréquentation jugée insuffisante. Leur suppression pourrait voir le jour, sous prétexte d'économies budgétaires.



C'est pourquoi ce jeudi soir, les élus réaffirmeront leur volonté de maintenir ces dessertes, en adoptant un voeu en conseil municipal. "On sait bien qu'en période de disette financière, on fait parfois des choix", concède Isabelle Le Bal. La première adjointe à la mairie de Quimper poursuit :



Nous, Quimpérois et Cornouaillais, nous sommes vigilants pour dire que l'aménagement du territoire ne s'arrête pas à la capitale bretonne. Il ne faut pas nous oublier !



La Région apporte son soutien

Dans la ville, l'impact pourrait en effet être néfaste sur la fréquentation et le tourisme. La Région se veut pour sa part rassurante, soulignant que le nombre de dessertes TGV a augmenté en Bretagne depuis cet été. Ce, grâce à un apport financier de sa part, dans le cadre d'une convention signée avec la SNCF pour 5 ans.



"La Région Bretagne apportera chaque année 10 millions d'euros supplémentaires pour garantir cette desserte", promet Gérard Lahellec, vice-président du Conseil régional de Bretagne. "Je suppose que la SNCF, voire l'Etat, tireront des enseignements de cette originalité qui est une exception nationale et européenne".



► Revoir le reportage de Florence Malésieux et Christian Pollet :

durée de la vidéo: 01 min 50
Cela fait 3 mois que la LGV est arrivée à Quimper, reliant désormais la capitale Cornouaillaise à Paris en 3h30 et déjà les élus quimpérois se demandent s'ils continueront à voir arriver des TGV dans cette gare. Au Ministère des transports, la desserte TGV des villes de taille moyenne, en constante augmentation, est sur la sellette. ©France 3 Bretagne





 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité