• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Transhumance dans les Monts d'Arrée : plus de randonneurs que de brebis

Après 10 km de transhumance, le troupeau arrive à Menez Meur, suivi par plusieurs centaines de randonneurs. / © Muriel Le Morvan/France3 Bretagne
Après 10 km de transhumance, le troupeau arrive à Menez Meur, suivi par plusieurs centaines de randonneurs. / © Muriel Le Morvan/France3 Bretagne

Une centaine de brebis et d'agneaux a pris la route des estives ce samedi 25 mai entre Sizun et Hanvec dans les Monts d'Arrée (Finistère). Une transhumance de 10 kilomètres accompagnée par près de 400 randonneurs grâce à l'appui logistique du Parc d'Armorique.

Par Muriel Le Morvan


Il y avait plus de randonneurs que de brebis, samedi au départ de la Maison de la rivière de Sizun, la commune sur laquelle est installé, depuis 2016, l'élevage bio d'Alain Retière et Thibault Lorand, "Black Face Breizh", du nom de la race d'ovins qu'ils ont choisie, les "scottish black faces". Il faut dire que le Parc d'Armorique a fait de cette transhumance vers le domaine de Menez Meur un rendez-vous annuel très prisé des amateurs de rencontres et de balades au grand air.
 

"Compagnonnage avec les animaux"

"On est venu en famille partager ce moment de compagnonnage avec les bêtes", "cela me fait penser aux travaux des champs collectifs, les moissons partagées d'autrefois", "cela me rappelle mon enfance à la montagne"... Nombreux sont les randonneurs un peu nostalgiques et heureux de retrouver cette convivialité des moments exceptionnels qui rythmaient au fil des saisons la vie des campagnes. D'autant qu'il ne s'agit pas d'une reconstitution mais bien d'une étape authentique d'un élevage bien ancré désormais dans l'économie locale. Beaucoup d'enfants aussi ont pris leur bâton de marcheur, tout excités de côtoyer les animaux et d'aller comme eux jusqu'au bout du chemin. 
 
 

Préserver la biodiversité

Ces brebis rustiques à cornes vont passer l'été à pâturer sur les landes de Menez Meur, près de la ferme pédagogique du Parc d'Armorique, participant ainsi à préserver la biodiversité de ces espaces. Alain Retière explique que pour la première fois il emmène les agneaux pour ne pas les séparer de leurs mères. Ceux-ci ont d'ailleurs bien suivi le troupeau et sont arrivés sans encombre au bout du voyage. Tout comme les enfants, très fiers d'avoir participé à cette aventure grandeur nature !
 

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus