Treffiagat (Finistère) : Les Riverains du Merlot ne veulent pas de l’antenne-relais

Les opposants au projet d’antenne-relais sur le site du Merlot, à Treffiagat, sont en colère. Cette antenne sera installée au bord du stade fréquenté par de nombreux enfants, et proche d'habitations. Ils invoquent un manque de communication de la part de la municipalité.
De la terre et des plantes, des arbres et des fleurs sur une dalle de béton : c’est par ce geste symbolique qu’une vingtaine d’opposants au projet de déploiement d’une antenne-relais sur la commune de Treffiagat, à la pointe du Finistère-Sud, ont voulu manifester leur mécontentement.

Masque de rigueur et distance de sécurité impérative, mais une vraie détermination pour empêcher que ce projet ne voie le jour, projet pourtant adopté par le conseil municipal il y a plus d’un an.

Et c’est là que le bât blesse : le collectif dit ne pas avoir eu suffisamment d’informations concernant cette implantation d’un mât de 30 mètres.

« Il y a bien eu un affichage en mairie, fulmine Virginie Hervieux, porte-parole du collectif, et aussi un petit panneau sur le site qui a très vite disparu. Quand on est sorti du confinement, on a découvert que le site avait été clôturé et qu’une dalle de béton qui va servir de fondation avait été coulée. Ils sont restés très discrets et maintenant, la dalle est là.

Presque personne n’est informé des risques, et les mesures de précautions doivent s’appliquer ».
durée de la vidéo: 00 min 37
manifestation contre antenne relais de Tréffiagat (29)


L’antenne sera installée juste à côté du stade municipal, du skate-Park et de terrains de tennis où jouent régulièrement de nombreux enfants, et non loin des habitations puisqu'un lotissement se trouve de l’autre côté du stade.

Pour montrer « qu’on pouvait faire pousser autre chose que des antennes », le collectif a amené symboliquement des brouettes de terre, des arbres et des plantes afin d'occuper le terrain et de recouvrir la dalle de béton.

Et de poser la question de l’utilité du déploiement d’une telle antenne : « A la sortie du Covid, il y a beaucoup de gens qui sont en réflexion sur la société qu'on veut avoir, explique Virginie Hervieux. Nous, ce qu’on encourage aujourd’hui, c’est d’avoir des technologies plus sobres en énergies, d’arrêter d’être dans le « toujours plus », toujours plus de numérique, toujours plus de connexions, vivre dans un environnement sain pour rester maîtres de nos décisions ».
 


 Un collectif similaire se mobilise également contre l’implantation d’une autre antenne, à Locronan. Elle devrait mesurer, elle, 40 mètres de haut.

Du côté de la mairie de Treffiagat, on assure que le projet de déploiement de cette antenne a été mené en toute transparence, que le projet a été présenté et adopté en conseil municipal, et que l’affichage a été fait sur le site et en mairie.

Contacté, l’opérateur Orange explique que ces 2 antennes devraient augmenter la capacité de réception pour 2400 foyers, et absorber l’afflux touristique en terme de 4G. En revanche, Orange dément toute expérimentation 5G sur cette zone du Finistère-sud.

Sur le site de l’Autorité de régulation des communications électroniques (ARCEP), aucune ville bretonne ne participerait à des expérimentations 5G en 2020.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
téléphonie économie