Greffe de rein: 14,5 mois à Rennes et 16,6 mois à Brest

© PHOTOPQR/LA VOIX DU NORD
© PHOTOPQR/LA VOIX DU NORD

Rennes et Brest font partie des 5 centres, dont les durées médianes d’attente pour une greffe de rein, sont inférieures à 18 mois. Un temps d’attente bien éloigné de certains centres à Paris (jusqu’à 66 mois).

Par Sylvaine Salliou


À l’échelle nationale, les délais d'attente pour une greffe du rein, varient de 13 à 66 mois en fonction des régions. Rennes se classe en deuxième position du hit-parade des centres de greffes les plus rapides de France, avec 14,5 mois à peine et 16,6 mois à Brest. Un temps d’attente bien éloigné de ceux de Grenoble (37,8 mois) ou pire, de certains centres à Paris (jusqu’à 66 mois).

Pourquoi ces inégalités?


En France, l'hôpital qui réalise un prélèvement des deux reins sur un donneur décédé peut en conserver un, pour l’attribuer à un patient inscrit localement sur les listes d’attente. C'est le principe du rein local, qui représente 44 % des reins prélevés. Le second organe part bien, lui, dans le réseau national. Mais selon le bassin de population, cela donne des disparités d’attente médiane de 1 à 5 ans. 


Magali Leo, porte-parole de l’association Renaloo, vient de saisir le Défenseur des droits, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et le ministère de la Santé pour que cesse la pratique de "la greffe de rein locale". 

Greffe de rein de donneur vivant 


Depuis 2011, la loi de bioéthique a élargi le cercle des donneurs potentiels ; il est désormais possible de donner un rein de son vivant à un membre de sa famille mais aussi à un ami proche, ce qui a permis en partie une progression de la greffe de rein de donneur vivant de 177% en 10 ans.


Combien de personnes attendent une greffe de rein?

Au 1er janvier 2018, 14 291 personnes étaient en attente d’une greffe de rein en France.

Selon l'Agence de la Biomédecine, plus de 76 500 personnes souffrent d’une insuffisance rénale terminale en France. Sur les 15 470 patients en attente d’un greffon rénal en 2015, seulement 3 486 (soit une progression de 7,9 % par rapport à 2014) ont pu en bénéficier, dont 547 à partir de donneur vivant, soit 15,7 % des greffes rénales.

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus